Le promoteur émirati Green Valley lance un complexe de 350 villas à Marrakech

Les unités, avec piscine, isolées ou jumelées, vont de 400 à 850 m2 pour des prix compris entre 2,8 et 3,4 MDH. Plus d’une centaine de villas ont déjà été commercialisées dans les pays du Golfe.

Après s’être essayé au marché marocain avec deux projets immobiliers à Casablanca, Green Valley se lance plus franchement. Le promoteur émirati réalise près de Marrakech, sur la route d’Amezmiz, un complexe résidentiel de 41 ha offrant 350 villas avec piscine. Isolées ou jumelées, celles-ci vont de 400 m² à 850 m² pour des prix compris entre 2,8 et 3,4 MDH.

La commercialisation a débuté il y a déjà quelques mois, hors Maroc, aux Emirats conformément au business model du promoteur consistant à écouler préalablement une partie de son projet dans son marché d’origine, pour tirer parti de l’engouement de la clientèle des pays du Golfe pour Marrakech. Et le groupe a visiblement vu juste puisqu’il a recueilli plus d’une centaine de réservations en seulement quelques semaines. Ne pas en déduire pour autant que la clientèle locale n’est pas ciblée. «Celle-ci représentera 50% des acheteurs à terme, selon nos prévisions», fait savoir Youssef Mansour, directeur général Maroc du groupe. Le développement du programme s’étalera sur 3 ans au moins, mobilisant une enveloppe de 1,3 milliard deDH.

Espaces verts et plusieurs équipements

Pour se démarquer de la concurrence, Green Valley met en avant des prix inférieurs à ceux du marché. «Les produits concurrents proposés dans notre environnement immédiat démarrent à 4 MDH pour de moindres superficies», assure le DG du groupe. Le promoteur met en outre en avant une panoplie de solutions de financement, dont une offre de financement sur cinq ans sans intérêts, par laquelle Green Valley s’est démarquée sur d’autres marchés, étant à préciser que le groupe est actuellement à l’œuvre sur 34 projets en Géorgie, en Turquie, en Bosnie, au Liban, en Syrie, en Egypte et en Thaïlande. L’argumentaire du promoteur se base également sur un programme d’équipements étoffés. Précisons d’abord qu’un quart de la superficie globale du projet est réservé aux espaces verts. S’ajoutent à cela un centre de remise en forme, un club-house, des restaurants, un centre commercial, des terrains omnisports et des espaces de jeux.

Tout ceci ne représente du reste que la première phase du développement global envisagé par le promoteur. La seconde étape du programme portant sur un foncier plus important encore de 55 ha pourrait éventuellement intégrer des appartements. Le tout s’ajoutera aux deux programmes lancés il y a plus d’un an à Bouskoura dans la région de Casablanca, totalisant 250 appartements et qui ont déjà été intégralement commercialisés.