Le besoin en logements estimé à 2,1 millions d’unités à l’horizon 2025

La cadence des achèvements permet de satisfaire la demande potentielle. Les besoins en logements à 140 000 peuvent aussi être couverts par des lots de terrains, les programmes à 250 000 DH….

Dans la première, le besoin cumulé en logements est évalué à 2,1 millions d’unités et d’ici 2030 le besoin se monte à 2,9 millions d’unités. Selon le ministère de l’habitat, c’est l’horizon intermédiaire (2025) qui doit retenir toute l’attention. En se projetant sur cet horizon, pour combler tout le besoin estimé, il s’agira de produire un volume qui est tout à fait à la portée du secteur vu la cadence de production actuelle. En effet, pour répondre au besoin estimé d’ici 10 ans de 2,1 millions d’unités, il faut produire en moyenne annuelle un peu plus de 213 000 unités. Et effectivement, ce chiffre ne s’écarte pas sensiblement de la cadence affichée sur les dernières années en matière d’achèvements d’habitats.

Plus de 200 000 logements produits par an

Si l’on ne considère que les segments de production habituels (opérations à faible VIT, économiques et sociales, villas, moyen et haut standing…) on reste en dessous du rythme recommandé. Mais si l’on intègre les unités de restructuration qui servent à éliminer l’habitat non réglementaire et qui répondent après tout aux besoins recensés au niveau national, il en est tout autrement. En effet, en intégrant ce volet, en 2014 par exemple, ce sont 197 600 habitats qui ont été achevés. En remontant plus loin, le rythme affiché dépasse même la cadence qu’il s’agirait de maintenir pour satisfaire tout le besoin d’ici 10 ans. En effet, la production de logements, unités de restructuration comprises, a dépassé 230 600 unités en 2013 ; elle a excédé 227 000 unités en 2012 et 221 800 en 2011.

Outre l’estimation globale du besoin à différents horizons, l’enquête du ministère de l’habitat a eu le mérite de décomposer ce besoin par segments de logements. Dans tous les scénarios envisagés, le logement à faible VIT (140 000 DH) représente une part non négligeable du besoin. Les chiffres figurant dans l’enquête de l’Habitat font état d’un besoin de 1,1 million pour ce type d’unités à l’horizon 2025. Mais il ne faut pas en déduire qu’il n’y a que le logement à 140 000 DH pour répondre à cette demande, insiste bien le ministère de l’habitat. Ces 1,1 million d’unités nécessaires pourront en partie être fournies par les programmes de logements à 250 000 DH, ou encore à travers les habitats induits par la valorisation de lots de terrains. Il y a même fort à parier que c’est cette dernière voie qui contribuera le plus à satisfaire le besoin, surtout lorsqu’on connaît le goût prononcé des Marocains pour l’auto-promotion.