La ville nouvelle de Lakhyayta prend forme

Al Omrane livre des villas semi-finies à 1 MDH, des lots de terrains à partir de 1 600 DH/m2 et des logements sociaux à 250 000 et 140 000 DH. Les équipements publics accompagnent la cadence : une école primaire et un collège déjà opérationnels et des dédoublements de voies réalisés pour faciliter l’accès au nouveau pôle.

Depuis 8 ans qu’elle a été mise sur les rails, la ville nouvelle de Lakhyayta (située à Had Soualem, à 25 km de Casablanca) commence enfin à prendre forme. Suffisamment en tout cas pour que le groupe Al Omrane, en charge de l’aménagement du pôle, accueille ces derniers jours le ministre de l’habitat, Nabil Benabdellah, et les autorités locales pour une visite de terrain.

La ville nouvelle qui s’étend sur plus de 1 710 hectares est aujourd’hui bien avancée dans une première phase qui porte sur 365 hectares. Cette première tranche est en effet réalisée à 80%, apprend-on auprès du management d’Al Omrane. Elle intègre une offre immobilière diversifiée avec 5 200 unités en cours de réalisation. On retrouve dans le lot 353 villas semi-finies (Villas Jardins Soualem) commercialisées à 1 MDH et réalisées sur une superficie de près de 170 000 m2. Pour finir lui-même sa villa, l’acquéreur doit débourser autour de 200 000 DH, selon les estimations d’Al Omrane. On compte aussi une offre de terrains proposés à partir de 1 600 DH/m2. S’ajoute à cela deux programmes de logements à 250 000 DH. Le premier (Essanaoubar I) est constitué de 174 unités développées sur une assiette de 7 322 m2. Ce projet est en cours de livraison et 60 appartements ont été remis à leurs propriétaires à fin septembre 2015. Le deuxième programme de logements sociaux (Essanaoubar II) propose sur une superficie de plus de 11 600 m2, 265 logements sociaux. Vient ensuite le logement à 140 000 DH. Le programme Rihane comprend, dans sa première tranche, 210 logements à faible VIT répartis sur une assiette de 9 200 m2. Al Omrane met en avant, dans le cadre de ce programme, 12 logements spécialement étudiés pour garantir une accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Plusieurs zones industrielles et de services prévues

En outre, Rihane intègre des jardins, un équipement que l’on ne retrouve pas habituellement au sein des programmes à 140 000 DH. A préciser que ces logements à faible VIT sont destinés en priorité aux habitants de la commune de Had Soualem.

L’ensemble de l’offre résidentielle a été développé par Al Omrane en partenariat avec un opérateur privé (Sotravo). Il est prévu également de compléter cette offre par des habitats intermédiaires entrant dans le cadre du dispositif pour la classe moyenne introduit dans la Loi de finances 2014.
S’agissant d’un projet de ville nouvelle, l’on se doute bien qu’Al Omrane accorde une importance particulière aux équipements publics, surtout que ce point a été le talon d’Achille des projets de nouveaux pôles qui se sont succédé jusqu’à présent (Tamesna, Tamansourt…). Sur ce plan, les premiers occupants de Lakhyayta bénéficieront d’un collège comprenant une vingtaine de classes, une bibliothèque, des terrains de sport… L’établissement, opérationnel depuis la rentrée 2015 et destiné à desservir autant les habitants de Lakhyayta que ceux de la commune urbaine de Had Soualem, a été réalisé pour une enveloppe de 16,5 MDH sur une superficie de 6 300 m2. S’ajoute à cela une école primaire de 18 classes sur près de 4 400 m2, opérationnelle depuis la rentrée 2014 et qui a nécessité un investissement de 10,7 MDH hors foncier.

Lakhyayta

Pour assurer l’attractivité du nouveau pôle, des dédoublements de voies ont aussi été réalisés par le Groupe Al Omrane. Ces travaux ont été menés au niveau de la RN1 sur 2,5 km (du rond-point Sayerni à Had Soualem) pour un investissement de 27 MDH et au niveau de la RP 3011 sur une longueur de 2 km pour un investissement de 30,5 MDH.

La ville doit accueillir à terme 240 000 habitants

L’aménageur public a encore du pain sur la planche pour parvenir au bout de la liste d’équipements annoncés pour toute la ville. Al Omrane réalise dans un premier temps une zone industrielle de plus de 65 ha dont la commercialisation a démarré en 2013. Suivra une zone industrielle et logistique s’étalant sur près de 250 ha. Au programme également un pôle de service de santé, un complexe sportif, un pôle universitaire, un palais des congrès, un parc d’exposition et un espace de loisirs. Autant d’équipements dont les travaux doivent en théorie démarrer entre l’année en cours et 2016.
Parallèlement à tout cela, Al Omrane doit compléter l’offre résidentielle pour parvenir à quelque 60 000 unités (plus de 11 fois l’offre de logements lancée jusqu’à présent) qui doit loger à terme 240 000 habitants, le tout devant mobiliser un investissement de 4 milliards de DH.