Ecosystème matériaux de construction : cinq projets bientôt lancés

Valorisation des déchets et leur réutilisation, cartographie des opérateurs du béton… des chantiers seront entamés dès septembre prochain. Des filières, dont la céramique, continuent de souffrir des importations.

Les contrats de performance des matériaux de construction commencent à se concrétiser. Il était temps pour une filière qui souffre depuis plusieurs années d’un ralentissement d’activité. Des appels d’offres pour cinq projets ont été lancés, et la fédération procédera dans un bref délai à l’ouverture des plis. Il s’agit de la valorisation des déchets des cimenteries et de la sidérurgie, d’une étude concernant l’écosystème de la céramique qui prendra pied à Berrechid, d’une cartographie pour les industriels de béton et de la réutilisation des déchets de chantier. «D’ici à septembre, ces principaux chantiers seront entamés de manière à commencer l’année prochaine sous de bons auspices», espère David Toledano, président de la Fédération marocaine des industries de construction (FMC), surtout que l’exercice en cours semble déjà perdu, comme le pressentaient les professionnels en début d’année.

En effet, hormis le secteur du ciment, dont la consommation s’est améliorée de 2,14% à fin juin à 6,7 millions de tonnes, les autres produits pâtissent de la mauvaise conjoncture. Et même le ciment pourrait souffrir du ralentissement, voire de l’arrêt des chantiers du BTP, durant la période estivale qui coïncide avec les fêtes nationales et religieuses.

Les céramistes devraient perdre 15% de leur chiffre d’affaires

De son côté, le secteur du carreau poursuit sa descente aux enfers. Le volume d’affaires des céramistes devrait se contracter de près de 15% cette année du fait des importations qui continuent de plus belle. C’est la preuve que les termes de l’accord tacite conclu avec les importateurs n’est pas respecté. Par conséquent, les céramistes étaient revenus à la charge pour exhorter le ministère de l’industrie à prendre les mesures de protection adéquates. Après moult discussions, ils ont eu la promesse que des contrôles plus appropriés seront instaurés.

La sidérurgie, elle aussi, ne vit pas ses beaux jours. En revanche, l’activité de revêtement se maintient grâce aux efforts déployés par les opérateurs dans le domaine de l’innovation, mais aussi en raison de la faible intensité de la concurrence étrangère.

Au delà de la conjoncture, nombre d’activités du secteur des matériaux de construction sont mises en difficulté par des impôts jugés élevés ou inappropriés (taxe parafiscale, par exemple) ou par l’informel…