2016: Début d’une nouvelle ère pour l’immobilier au Maroc

Au vu de la situation morose de l’activité immobilière, le Gouvernement devrait accélérer, en 2016, la mise en place de certains catalyseurs, marquant ainsi le début d’une nouvelle ère pour l’immobilier au Maroc, selon les pronostics des analystes d’Upline Securities.

Parmi ces catalyseurs, la société de bourse cite, notamment, l’autorisation de la verticalité dans le logement destiné à la classe moyenne comme une solution devant encourager les promoteurs à adhérer à ce concept, en raison de la cherté du foncier, ainsi que la relance du locatif social tel que prévu dans la loi de finances 2015 (un loyer de 2.000 dirhams au lieu de 1.200 dirhams prévu initialement pour les logements sociaux et 1.000 dirhams au lieu de 700 dirhams pour les VIT).

Pour ce faire, le Gouvernement vient de lancer une réforme de la gestion du foncier public-privé, suite à la tenue dernièrement des assises nationales du foncier, souligne la filiale du Groupe Banque Populaire dans son « Upline Yearly 2015 ».

Ainsi, parmi les recommandations phares figurent, entre autres, la codification ou le cadrage juridique des dérogations accordées pour le secteur immobilier, l’autorisation des constructions en hauteur dans le cadre d’une législation maîtrisée et la refonte des textes régissant le foncier, notamment, la mise en place d’un code pour le Domaine Public.

Des éléments qui devraient contribuer, selon les analystes d’Upline, à la libération de la richesse foncière pour qu’elle soit un vecteur de développement.

En termes de perspectives pour les immobilières cotées, le Groupe Addoha devrait capitaliser sur les retombées positives du Plan Génération Cash (PGC), dont les premiers effets ont déjà commencé à se faire sentir cette année.

A cela s’ajoute le développement de l’activité à l’international par le lancement de plusieurs projets en Afrique, dont les premières contributions aux revenus du promoteur immobilier devraient intervenir à partir de 2017, relève Upline Securities, dans son rapport annuel récemment mis en ligne.

Compte tenu de ces éléments, la société de bourse s’attend à une amélioration de 4,8% du chiffre d’affaires (CA) consolidé sectoriel, en 2016, à 9,57 milliards de dirhams (MMDH) et un résultat net part du groupe (RNPG) de 1,62 MMDH (+8,2% par rapport à 2015).

Depuis 2014, le secteur immobilier connaît une léthargie qui s’est poursuivie en 2015, comme en attestent certains indicateurs à savoir: le recul de 22% des mises en chantier au S1-2015 à 89.653 unités (dont 75.964 unités économiques et sociales) et la baisse de 1,3% des ventes de ciments à 7,3 millions de tonnes au titre du premier semestre 2015, poursuit la même source.

Ainsi, le chiffre d’affaires (CA) consolidé du secteur immobilier s’est replié de 2% à 4,05 MMDH (hors les agrégats financiers d’Alliances). Une contraction due au recul du volume d’affaires de Résidences Dar Saada « RDS », mais qui reste en conformité avec les prévisions du business plan IPO, a-t-elle ajouté.

Pour sa part, le RNPG sectoriel a affiché une quasi-stagnation pour s’établir à 666,8 millions de dirhams (MDH) au S1-2015 (contre 667,9 MDH au S1-2014).

Les analystes d’Upline ont rappelé, dans ce cadre, que la première moitié de l’exercice écoulé a été marquée par la radiation du titre de la Compagnie Générale Immobilière (CGI) et par les contre-performances financières du Groupe Alliances.

Ils ont mis en avant, toutefois, un planning de livraisons chargé pour RDS, qui devrait connaître, durant le second semestre 2015, l’accélération de la livraison des projets d’Oulad Azzouz et Rahma et la poursuite du déstockage des produits finis.

Pour sa part, le Groupe Addoha devrait poursuivre la mise en œuvre de son PGC, lequel privilégie la livraison des unités en stock et la réduction de l’endettement.

Déjà au T3-2015, le Groupe a pré-vendu 4.636 unités (contre 4.173 prévus dans ledit Plan) et a réduit son gearing à 67% (contre 80,2% à fin 2014), fait constater Upline Securities, qui estime que les revenus agrégés des deux opérateurs devraient connaitre en 2015 une croissance de 3,2% à 9,13 MMDH et une capacité bénéficiaire en amélioration de 5,9% à 1,51 MMDH.