Il investit 30 MDH dans un hôtel dont la clientèle fuit à  cause des nuisances sonores d’une salle de fête mitoyenne

Presque chaque jour, des fêtes sont organisées jusque tard dans la salle des fêtes du stade Larbi Ben Mbarek, ex-Philip. Les autorités de l’arrondissement annoncent qu’une salle sera ouverte en 2013 dans l’ancienne médina d’où proviennent les locataires.

Il ne suffit pas de construire des hôtels, il faut quelquefois s’assurer que l’endroit choisi ne présente pas d’inconvénients extérieurs qui gâchent le séjour des clients. C’est précisément cette précaution que Mohamed Mejdoub, propriétaire du Moroccan House hôtel, sis rue Mohamed Smiha à Casablanca, a oublié de prendre avant d’investir, selon ses dires, 30 MDH.

Une fois tous les obstacles liés à l’octroi des autorisations surmontés, l’hôtel de 46 chambres dont 5 suites a pu ouvrir ses portes aux clients il y a quelques mois. M. Mejdoub découvre  avec stupeur que les touristes qu’il va chercher parfois dans des pays lointains ne passent pas plus d’une nuit dans son hôtel. La cause est qu’il est situé juste en face de la salle du stade Larbi Ben Mbarek (ex-stade Philip) où se déroule presque chaque jour une fête (mariage, baptême…), avec des nuisances sonores, souvent jusqu’à très tard dans la nuit.

Alors, M. Mejdoub dit avoir écrit à tous ceux qui peuvent remédier à la situation, en l’occurrence le président de l’arrondissement de Sidi Belyout qu’il accuse de louer au public une salle destinée à l’origine, selon lui, aux expositions, et dépourvue d’équipements de sécurité et d’insonorisation, le wali du Grand Casablanca, le gouverneur de la préfecture d’Anfa, le préfet de police, le caïd de l’arrondissement, le délégué du tourisme. Sans succès.

«Faux», rétorque Kamal Dissaoui, président du conseil d’arrondissement de Sidi Belyout. «Nous avons reçu à maintes reprises le propriétaire de cet hôtel et nous lui avons expliqué les contraintes que nous avons à gérer de notre côté, et l’intéressé a été aussi reçu au niveau de la préfecture de Casablanca Anfa où on lui a tenu le même discours», explique-t-il. Il se trouve que cette salle qui a été équipée dans le cadre de l’INDH, précise M Dissaoui, est louée aux habitants de l’ancienne Médina qui ne disposent pas, pour l’instant, d’une autre salle à proximité pour célébrer leurs fêtes familiales.
«Les autorités locales sont conscientes des nuisances sonores que subissent les riverains et leur demandent, ainsi qu’au propriétaire de cet hôtel, de prendre leur mal en patience en attendant la solution de rechange sur laquelle nous sommes en train de travailler», ajoute M. Dissaoui. En effet, dans le cadre de la réhabilitation de la vieille Médina, une nouvelle salle des fêtes, construite avec les normes requises, est prévue. Elle devrait être opérationnelle en décembre 2013.