Holmarcom remonte 33 MDH de ses holdings périphériques

Le groupe Holmarcom poursuit sa stratégie de réallocation des ressources entre ses différentes activités.

Le groupe Holmarcom poursuit sa stratégie de réallocation des ressources entre ses différentes activités. En effet, après avoir remonté, en avril 2007, 275 MDH par réduction du capital de Somathes, le producteur de thé et de sucre racheté en 2006, dans le cadre d’une privatisation, le holding de contrôle de la famille Bensalah vient de redimensionner à nouveau les fonds propres de ses holdings périphériques, Société chérifienne de participations (Sochepar) et l’Omnium marocain d’investissement (Omi). Au passage, ce sont quelque 33 MDH qui ont été ponctionnés par la maison mère sous forme, cette fois-ci, de dividendes exceptionnels. Ainsi, Sochepar, dont le résultat net 2006 s’élève à 5 MDH, reverse un dividende de 15,6 MDH. Quant à l’Omi, qui a dégagé un bénéfice de 11,7 MDH au cours de l’exercice précédent, il distribuera à ses actionnaires 17,6 MDH.

Des projets de développement dans l’agroalimentaire et la chimie
Le renforcement de l’assise financière et de la trésorerie nette d’Holmarcom découlant de cette opération vient à point nommé après un effort de 127 MDH, fourni en novembre 2006 pour la recapitalisation d’Orbonor, dans le cadre d’une restructuration visant à améliorer la rentabilité de cette filiale qui opère dans le textile et le négoce. Cela sachant que le groupe est également engagé sur d’autres fronts nécessitant des mises en fonds propres importantes, à l’instar des projets de développement de la filiale historique Oulmès, et plus particulièrement son activité d’embouteillage pour Pepsi Maroc, ou encore de la toute jeune entreprise de fabrication de peintures créée en 2006 avec le français Somefor. Et ce sans compter certains investissements financiers telle la participation à hauteur de 7% (22 MDH) dans le capital du Fonds d’investissement de l’Oriental.

Rappelons qu’Holmarcom est également présent dans l’assurance, à travers les deux compagnies Sanad et Atlanta, dont il a partagé le contrôle en 2006 avec la CDG (Caisse de dépôt et de gestion), ainsi que dans le transport aérien, avec Régional Airlines.