Hausse des frais d’inscription en France : quelles alternatives en dehors de l’Hexagone

Environ 80% des étudiants marocains à l’étranger sont en France. D’autres alternatives existent. Roundup.

 

Portugal : des études dispensées en anglais à des prix compétitifs

Pays très proche du Maroc, le Portugal présente une offre de formation intéressante aux normes européennes. Ce pays compte 14 universités publiques et 17 établissements supérieurs privés, incluant un réseau d’instituts polytechniques. Le coût de la formation varie de 1000 à 1500 euros par an. Les places dans les résidences universitaires coûtent 100 euros. Même le loyer est abordable à Lisbonne: entre 150 et 400 euros/mois pour un appartement. Pour la nourriture et les transports, il faut compter 250 euros par mois. L’enseignement au Portugal est accessible aux étudiants lusophones. Mais des filières peuvent être dispensées en anglais.

La Russie : les études sont payantes et une offre  de formation en français disponible

En dehors de l’Europe occidentale, c’est l’une des destinations de choix des étudiants marocains. Il existe plus de 600 universités publiques et privées au pays des Tsars. Les cours sont dispensés en russe, mais une vingtaine de filières sont dispensées en anglais ou en français. La Russie présente une offre d’études diversifiée basée sur un système de premier cycle d’une durée de 4 ans (équivalent licence). Une année de licence coûte en moyenne entre 3000 et 3340 dollars et peut culminer à 11 620 dollars dans une université privée. Après la licence, il est possible de s’inscrire en maîtrise pour une durée de deux ans. Les frais de scolarité vont de 3670 à 4000 dollars par an.
Pour une formation plus pratique, un étudiant peut opter pour le «cycle spécialiste» d’une durée minimum de 5 ans. La formation est couronnée par un diplôme d’études supérieures. Une année de formation revient entre 3340 et 3670 dollars et peut atteindre 10 540 dollars pour les universités prestigieuses.
La formation en sciences médicales et en pharmacie (dispensée en français) est facturée 4170 à 4500 dollars par an.
Les programmes de doctorat (3 ans) sont un peu plus coûteux. La fourchette est de 4000 à 4370 dollars par an.
Les étrangers non russophones doivent suivre des cours préparatoires (langue russe et autres disciplines) pendant une année. Les frais sont fixés à 2000 dollars.
La bonne nouvelle réside dans le coût de la vie en Russie qui demeure abordable, hormis Saint-Pétersbourg et Moscou. Il est situé entre 300 et 400 dollars par mois sans compter les frais d’installation. Une liste de 50 universités russes accréditées par l’Etat marocain est disponible sur le site du ministère de l’enseignement supérieur.

Espagne : une formation moins chère à proximité du Maroc

L’Espagne est une destination très prisée par les étudiants internationaux, notamment marocains pour la proximité, le coût et la qualité des études et de la vie. On trouve trois catégories d’universités: publiques, privées et religieuses. Elles sont 82 universités dont 50 publiques et 32 privées. Ces établissements délivrent tous types de diplômes d’ingénierie. Après l’adaptation à l’espace européen de l’enseignement supérieur (EEES), la nouvelle structure d’études universitaires de l’Espagne est composée de trois cycles : Grado, Master et Doctorado. Les frais de scolarité dans les universités publiques sont définis chaque année par les communautés autonomes en fonction d’une fourchette déterminée au niveau national, et varient selon la formation choisie et le niveau d’études. Les frais de scolarité du bacherlor degree (licence) coûtent entre 750 et 2100 euros/an. Le master et le doctorat entre 900 et 3300 euros/an. Dans le privé, les frais de scolarité atteignent au maximum 18 000 euros/an pour tout type de formation. Dans les Business Schools, il faut compter plus de 20 000 euros/an. Mais certaines petites universités sont accessibles telles que l’université de Catalogne avec des frais de 1500 euros/an ou celle de Jaen avec une moyenne de 1000 euros/an.
Pour les charges personnelles, il faut compter 800 à 1000 euros à Madrid ou Barcelone et 600 à 900 euros dans des villes telles que Valence, Cadiz ou Grenade en Andalousie.

Roumanie : les études peuvent être gratuites à condition d’être performant

Membre de l’Union européenne depuis 2007, ce pays présente une offre intéressante d’études supérieures, que ce soit dans les universités publiques reconnues par l’Etat ou privées non encore reconnues. C’est le système LMD (licence, master, doctorat) qui prévaut. Les études sont dispensées en roumain. Une année préparatoire est donc nécessaire pour apprendre la langue. Toutefois, l’enseignement est dispensé en anglais, français ou allemand dans de nombreuses filières. Les tarifs sont parmi les plus bas d’Europe, mais les cours dispensés en français ou en anglais sont plus chers que ceux donnés en langue roumaine.
Les tarifs de la licence varient, selon la filière, de 270 euros/mois, pour les cours d’agronomie par exemple, à 360 euros/mois (minimum) pour la médecine et la pharmacie et 200 euros pour la psychologie. Des filières comme le théâtre, l’art et le cinéma sont dans une fourchette de 420 à 950 euros/mois. Pour les études postuniversitaires ou de doctorat, les tarifs varient légèrement. Les étudiants qui paient leurs frais de scolarité au début de leurs études peuvent en être exemptés plus tard, dans les mêmes conditions que les citoyens roumains, en conformité avec les critères de performance scolaire. Il suffit, pour ce faire, d’avoir de très bonnes notes. Le coût de la vie est estimé à 400 euros, voire 550 euros, sans compter les frais d’installation (aménagement, achat de vêtements chauds, déplacements).

Turquie : privilégier les universités publiques

Doté d’un enseignement supérieur de qualité respectant les standards européens, l’offre d’universités et de filières turques est très développée. Durant l’année universitaire 2016-2017, 649 étudiants marocains ont rejoint le pays d’Ataturk. Mais pour un choix économique de qualité (bénéficiant d’une reconnaissance à l’international), il est plus judicieux d’opter pour une des 109 universités publiques turques bien qu’elles soient très sélectives. Elles offrent des cursus académiques et d’autres professionnels en langue turque ou en anglais. Apprendre la langue turque est donc nécessaire. Les programmes varient de l’économie, à la psychologie, en passant par l’ingénierie, la médecine ou la dentisterie…
Dans les universités privées, plus ouvertes sur les étudiants internationaux, les frais de scolarité vont de 15 000 à 20 000 dollars pour les plus prestigieuses. D’autres universités privées moins cotées demandent de 4000 à 8000 dollars.
C’est le système LMD (licence, master, doctorat) qui prévaut en Turquie comme dans la plupart des pays. Il faut compter entre 380 et 1000 dollars par année universitaire selon les filières. Il est possible de bénéficier d’une réduction des frais d’inscription ou encore d’une bourse de l’Etat. Il faut compter entre 400 et 500 dollars par mois dans une ville universitaire.

A Lire aussi :

 

Hausse des frais d’inscription en France : une fermeture qui ne dit pas son nom