Hausse de la consommation d’électricité de 4,1% à fin août

La production a augmenté de 5,1% n Plus de la moitié provient des concessionnaires privés. Les ventes aux abonnés THT, HT et MT ont progressé de 6,3%.

La consommation d’électricité a augmenté de 4,1% sur les huit premiers mois de l’année, à 20 536 GWh, selon les indications de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE). La production, elle, est d’environ 25 000 GWH (+5,1%), dont plus de 51% proviennent des producteurs concessionnels, 28,4% de l’ONEE et 17,7% des échanges avec l’Algérie et l’Espagne.

Les chiffres de l’ONEE montrent que la production de l’office a augmenté de 7,4% par rapport à la même période de 2016, alors que celle des concessionnaires a, au contraire, légèrement baissé (-1,1%). Les échanges avec l’Espagne et l’Algérie ont, quant à eux, progressé de 14,5%.

Comme beaucoup ne le savent probablement pas, le volume global de la production n’est pratiquement jamais consommé en totalité. Une partie, plus ou moins importante, suivant la qualité du réseau, se perd au moment où l’électricité est transportée. Ce sont les pertes en ligne, et celles-ci atteignent parfois 10% de l’énergie appelée. Voilà, en gros, pourquoi il y a toujours une différence entre le volume de la production et celui de la consommation (ou des ventes).

L’augmentation des ventes corrélée à la croissance économique

Par catégorie de clientèle, les ventes pour la très haute tension (THT), haute tension (HT) et moyenne tension (MT) ont enregistré une hausse de 4,3%, à 15 778 GWh, soit 76,8% de l’électricité vendue. Ce volume va pour 55% aux régies, publiques et privées, lesquelles, à leur tour, vendent à leurs clients, tous niveaux de tension confondus, et pour 45% aux abonnés THT, HT et MT, soit grosso modo la clientèle industrielle. Les ventes aux régies ont augmenté de 2,7%, tandis que celles à la clientèle industrielle ont crû de 6,3%.

Enfin, les ventes aux clients basse tension (clients domestiques, administratifs, etc.) ont progressé de 3,4%, à 4 758 GWh, soit 23,2% du total des ventes réalisées. Précisons ici que si le taux de progression des ventes à la clientèle basse tension paraît modeste, c’est parce qu’il s’agit des ventes ONEE, lesquelles concernent une partie non négligeable d’abonnés ruraux, peu énergivores comme on sait. Ce n’est sans doute pas le cas des clients basse tension alimentés par les régies, notamment les régies privées concentrées dans des villes, comme Casablanca et Rabat, où les administrations et les ménages à revenus élevés, plutôt moins regardants sur leurs dépenses d’électricité, sont plus nombreux.

Mais globalement, le niveau de hausse de la consommation d’électricité sur les huit premiers mois de 2017 paraît assez corrélé à celui de la croissance économique.