Hausse de 24% des cas d’intoxication déclarés en 2014

Les médicaments sont la première cause des intoxications avec 3 194 cas, suivis des produits gazeux avec 2 681 et des produits alimentaires avec 2 172.

Le Centre antipoison et de pharmacovigilance du Maroc (CAPM) a reçu 13 338 cas d’intoxication au cours de l’année 2014. Le récent rapport du centre souligne une hausse de 24,24% par rapport à l’année 2013. 84,35% des cas sont survenus dans des circonstances accidentelles, notamment par consommation d’aliments, erreurs thérapeutiques ou encore effets indésirables, alors que 15,65% relèvent d’actes volontaires, entre autres, la toxicomanie, le suicide, l’avortement ou encore l’intention criminelle.

Comme chaque année, le CAPM, à la suite de l’étude des cas d’intoxication déclarés, lance une alerte sur les produits concernés. Pour 2014, les signaux d’alerte validés concernent plusieurs produits dont le chardon à glu, l’armoise, daghmous, le henné noir, labaik (un produit importé d’Indonésie), la cigarette électronique, le crabe et les sirops antitussifs.

Avec 3 194 cas, les intoxications médicamenteuses représentent 24,46% de l’ensemble des intoxications. Le CAPM note qu’elles sont en hausse constante depuis 1980 et sont à l’origine de 9 décès en 2014. Ces intoxications sont particulièrement dues aux médicaments pour le système nerveux (44,5%), suivis de ceux destinés à soigner le système génito-urinaire (10%) et de ceux du système respiratoire (9,2%). On retiendra aussi que 33% des cas relèvent du suicide, donc sont volontaires. Selon le CAPM, les adultes sont les plus touchés (39,3%). Les bébés commençant à marcher sont en deuxième position (29,7%). Les intoxications surviennent principalement en milieu urbain (92%) et dans les domiciles (97%).

La viande et les produits carnés, première cause des intoxications alimentaires

Les intoxications par les gaz recensées en 2014 ont atteint 2 682 cas (20,1% du total) parmi lesquels 26 ont été fatales. Ces faits sont survenues à domicile ou dans le milieu professionnel, et souvent dans des circonstances accidentelles. Les substances mises en cause sont au nombre de trois : les gaz à toxicité systémique, les gaz irritants et caustiques et les gaz asphyxiants.

Le rapport du CAPM recense 2 172 intoxications d’origine alimentaire dont 69% sont collectives. Selon le centre, les aliments incriminés sont en premier lieu la viande et les produits carnés (24%). Viennent ensuite les produits laitiers (16,4%), les poissons et les produits de la pêche (14%) et enfin les fruits et légumes (11,8%).

Enfin, les intoxications causées par les pesticides et par les produits d’entretien ménagers sont respectivement de 1 348 et 987 cas, entraînant 7 et 2 décès. L’eau de javel et l’esprit de sel sont les produits d’entretien ménagers les plus incriminés.

Les piqûres et les envenimations par scorpion sont traitées à part par un système spécifique permettant une surveillance des régions à risque, notamment Marrakech-Tensift-El Haouz, Souss-Massa-draa, Tadla-Azilal, Doukkala-Abda et Chaouia-Ouardigha. Ces cas ont totalisé 23 228 dans 63 provinces du pays, entraînant 32 décès dont 15 dans la région de Marrakech-Tensift-El Haouz.