Groupe Renault Maroc : Questions à M’hammed Tazi, Directeur de la communication et de la Responsabilité sociale du Groupe Renault Maroc

«Nous voulons faire du Made in Morocco une référence à l’international»

hammed-TaziLa Vie éco : En dehors des données chiffrées, quels étaient les faits marquants pour le groupe Renault Maroc en 2015 ?

Renault Maroc s’est distingué sur plusieurs grands projets tout au long de l’année 2015. Au niveau du commerce, nous avons réussi la caravane Lodgy Grand Taxi, lancée dans le cadre du projet de renouvellement du parc des grands taxis au Maroc. Côté produit, il y a eu récemment le lancement du crossover Kadjar. Au niveau de nos usines, on notera le passage en 3×8 des équipes de production de l’usine de Tanger qui a permis de dépasser les 1000 véhicules produits par jour en moyenne et atteindre le cap des 500 000 voitures exportées depuis le lancement de l’activité de l’usine en 2012. Pour sa part, l’usine de Somaca s’est vu gratifiée par le prix de la meilleure progression dans le ranking des usines de l’Alliance. Enfin, au niveau pays, nous avons célébré les 10 ans de la marque Dacia et avons lancé tout un programme sur la sécurité routière, notamment le Tkayes School pour les écoliers et l’hymne dédié à la prévention routière réalisé avec une dizaine d’artistes marocains.

Quelle est la stratégie du groupe dans un contexte de ralentissement international et un marché automobile local pas au meilleur de sa forme ?

Le marché de l’automobile reprend aussi bien en Europe que chez nous, avec une légère progression. Il est vrai que lors du premier semestre de l’année dernière, le marché a été impacté par les crises économiques et financières sur les principaux marchés émergents, mais le groupe Renault, à travers une stratégie robuste, a résisté et a même réussi à gagner des parts au niveau de ses principaux marchés, sur le second semestre.

Sur le segment des voitures particulières par exemple, la performance des marques Renault et Dacia a été portée par le succès de certains modèles comme Clio, Captur, Logan, Duster et Sandero. Ces performances ont permis plus que jamais à Renault de compenser le ralentissement de ses ventes à l’international. Au Maroc, les ventes globales sont restées stables pour la marque. Le groupe a d’ailleurs dominé le marché en termes de taux de pénétration, plaçant les marques Dacia et Renault en tête des ventes.

La stratégie du groupe est de continuer à capitaliser sur de nouveaux modèles encore plus compétitifs. En 2016, il y aura l’arrivée de Talisman, du nouveau Scenic mais aussi de la nouvelle Mégane. Les modèles fétiches de Dacia connaîtront également un renouveau, ce qui devrait consolider davantage le leadership de la marque, notamment au Maroc.

Comment voyez-vous l’année 2016 et quels seraient les chantiers majeurs du groupe ?

Il est nécessaire de maintenir le leadership commercial du groupe Renault sur le marché marocain, en capitalisant sur les nouveaux modèles qui seront lancés en 2016 pour nos deux marques. Au niveau des usines, la qualité de nos produits est le maître-mot de la stratégie de notre groupe, pour faire du «Made in Morocco» une référence à l’international. Puis il est question de pérenniser les actions menées en marge de notre vision 2016 en termes de formation de nos collaborateurs (à travers l’Ecole de management et l’IFMIA), mais aussi de rayonnement externe de l’entreprise à travers la politique RSE du groupe, le développement de l’écosystème de nos usines et l’évolution du taux d’intégration de nos produits.