Groupe CDG : un bénéfice en hausse de 36% au premier semestre 2012

Le résultat net part du groupe atteint 507 MDH pour un produit net bancaire de 2.3 milliards de DH. Seuls les pôles banques, activités financières et assurances contribuent positivement à  cette performance.

Après une année 2011 exceptionnelle, marquée par une baisse de 58% des bénéfices suite à la chute du marché boursier et à la non-récurrence de la plus-value de cession de 20% du capital de Méditel à France Telecom, le groupe CDG renoue avec la croissance et réalise un fort taux de progression au titre du premier semestre 2011. En effet, son résultat net part du groupe s’est établi à 507 MDH à fin juin, en hausse de plus de 36% par rapport à la même période de l’année dernière. Le groupe qui compte 135 filiales, dont 33 dans les métiers de banque et activités financières, 5 dans l’assurance et la réassurance et 64 dans l’aménagement, l’immobilier et le tourisme, doit cette performance aussi bien aux entités détenues majoritairement (consolidés par intégration globales) qu’à celles où il a une présence minoritaire (sociétés mises en équivalence). Pour preuve, le produit net bancaire, qui inclut les revenus des participations et titres d’investissement, a progressé de 6,3%, à 2,27 milliards de DH, et le résultat net des entreprises mises en équivalence a bondi de plus de 100% à 247 MDH. Dans cette dernière catégorie, ce sont des participations comme Atlanta/Sanad, Maroc Leasing, Méditel et Renault qui ont permis de booster le résultat.

Contribution négative du pôle aménagement, immobilier et tourisme

A noter toutefois que parmi les différents domaines d’activité du groupe, seuls le pôle banques et activités financières et celui des assurances ont contribué positivement à la formation du résultat au premier semestre. Ces deux rubriques, qui regroupent des sociétés comme le holding CDG, CDG Capital, CIH, la SCR… ont en effet généré chacune un plus de 350 MDH de résultat, alors que le pôle aménagement, immobilier et tourisme (CGI, Immolog, MedZ…) et celui des autres activités du groupe ont eu des contributions respectivement de -133 MDH et -81 MDH.

Le groupe entend se renforcer sur ces deux pôles à l’avenir. Il prévoit notamment le développement d’une chaîne d’hôtellerie économique ou encore celui du marché de l’immobilier locatif professionnel. Il ambitionne également de jouer un rôle majeur sur le marché financier, notamment dans le développement des modes de financement alternatifs. C’est en tout cas l’une des principales orientations fixées par l’institution dans son plan stratégique 2011-2015.

Côté perspectives, le groupe entend déployer un plan d’investissement de 65,1 milliards de DH à l’horizon 2015, réparti sur plusieurs secteurs. Le développement immobilier absorbe 30,1 milliards de DH, le tourisme 11,6 milliards et les zones industrielles et l’offshoring 7,2 milliards.