Grande distribution : le rythme des ouvertures ralentit en 2015

En tout, 52 magasins ont été inaugurés en 2015 contre 74 une année plus tôt. Le tandem Marjane-Acima, Carrefour et BIM ont ouvert moins de points de vente que prévu n La filiale de SNI contrôle la moitié du marché, BIM monte progressivement en puissance.

La grande distribution ralentit son rythme d’expansion. En 2015, 52 magasins, toutes tailles confondues, ont été inaugurés contre 74 en 2014. Le nombre total de points de vente est monté à 424 contre 372 en 2014 et 298 en 2013.

Avec ses 75 magasins, le tandem Marjane-Acima occupe toujours la première place avec une part de marché estimée par les experts du secteur à 52% contre 56% lors de l’exercice précédent, entre autres à cause de la fermeture des caves. Depuis le début de l’année, ce groupe a inauguré trois supermarchés Acima, dont deux à Rabat (Souissi et Hay Riad) et un à Mohammédia. En revanche, les deux supérettes de la même enseigne ont été fermées dans les gares de cette dernière ville et à Salé. Le programme de développement des supermarchés de proximité baptisé Xpress Market a également été gelé. «Les résultats du premier magasin de Val Fleuri à Casablanca n’ont pas été satisfaisants. Raison pour laquelle le groupe n’a pas voulu prendre le risque d’investir davantage dans ce segment», explique un expert du secteur.

Une simple petite pause ? En tout cas, le plan de développement 2020 du groupe prévoit l’ouverture de 5 à 6 hypermarchés et de 4 à 5 supermarchés par an. Selon des observateurs du secteur, «les derniers changements dans le management du holding expliquent en partie cette perte de vitesse».

Pour le moment, le leader de la grande distribution au Maroc reste solidement accroché à sa première place. Même s’il a perdu des parts de marché sur le territoire local, sa croissance ne sera pas pour autant bridée compte tenu de sa nouvelle stratégie qui se focalise sur l’extension de la chaîne hors des frontières marocaines à partir de 2017.

Au cours de cette année, Label’Vie (30% du marché) a, quant à lui, investi 150 MDH pour ouvrir trois magasins d’une surface de vente totale de 12 300 m2. Il s’agit en l’occurrence de l’hypermarché Sidi Maarouf (ancien Atacadao) et de deux supermarchés à Casablanca et Marrakech. Grâce à ces ouvertures, ce groupe dispose d’une surface de vente de 152 500 m2 et d’un réseau de 64 magasins, dont 6 hypermarchés, 48 supermarchés et 10 cash & carry (libre service de gros) Atacadao. Ces réalisations sont en deçà des objectifs fixés pour 2015. Le groupe prévoyait en effet d’ajouter 22000 m² à la surface de vente. Le management explique ce décalage par des glissements dans le calendrier des ouvertures dus tout simplement à des problèmes techniques. «Trois ouvertures programmées au Quartier panoramique à Casablanca, à Larache et à Meknès sont repoussées à 2016», explique une source autorisée. S’y ajouteront, durant la même année, un hyper marché à Tanger Socoalto, un Atacadao à Meknès et 8 supermarchés dans diverses villes. Le plan de développement du groupe prévoit de passer de 65 à 116 points de vente d’ici 2018 pour une surface de vente totale de 260000 m2.

Aswak Assalam prévoit d’inaugurer trois magasins en 2016 sur l’axe Casablanca-Tanger

Le groupe Aswak Assalam progresse moins rapidement en termes d’ouvertures, mais montre clairement sa volonté de consolider son assise. Il envisage ainsi d’inaugurer trois nouveaux hypermarchés sur l’axe Casa-Tanger dès le début de 2016, portant la taille de son réseau à 16 adresses. En matière d’offres, l’enseigne appartenant au groupe Chaabi se penche actuellement sur le développement de sa marque de distributeur Janis dont 60 références dans diverses familles de produits alimentaires et non alimentaires sont sur les rayons. Selon le management, Aswak Assalam, malgré une conjoncture difficile, a réalisé une croissance de 2,5% et une progression de sa clientèle de 7% au titre de l’exercice 2015 grâce à ces produits.

BIM a du mal à trouver des locaux

Pour BIM, l’année 2015 est exceptionnelle. Après six ans de résultats déficitaires, le discounter turc prévoit de clôturer l’exercice 2015 sur un bénéfice. Avec 46 ouvertures en 2015, l’opérateur compte aujourd’hui à son actif 258 magasins. Cependant, il n’a pas atteint ses objectifs fixés à 81 nouveaux points de vente pour l’année 2015. Le changement de management du discounter turc au Maroc explique, entre autres, cette situation. A cela s’ajoute la difficulté à trouver des locaux bien placés à louer. «Contrairement à d’autres pays de la région, en l’occurrence l’Egypte, la culture de location n’est pas encore très développée», commente une source autorisée au sein de l’entreprise.

Ce n’est que partie remise. BIM envisage en effet d’augmenter le nombre de ses plates-formes logistiques, actuellement au nombre de deux, celles d’Ain-Sebaâ-Bernoussi et de Ouled Saleh-Bouskoura, qui desservent respectivement les périmètres géographiques de Rabat-Kénitra-Fès-Meknès et Marrakech-El Jadida. La troisième, dédiée au Nord, sera opérationnelle dans les semaines à venir. Deux autres sont annoncées pour début 2016. Les négociations avec des aménageurs de zones industrielles sont en cours.

A l’instar de ses trois concurrents, l’opérateur turc se penche sur le développement des marques propres qui deviennent aujourd’hui la recette idoine pour une marge confortable et des volumes de vente très importants.