«GPC ambitionne de devenir un leader africain de l’emballage papier/carton»

En 2017, nous avons lancé deux grands investissements, sur la région du Gharb. GPC est en concurrence directe avec plusieurs multinationales et ne ménage aucun effort d’investissement ou d’organisations pour rester un acteur de référence nationale en la matière.

GPC, filiale d’Ynna Holding spécialisée dans l’emballage en papier et carton, a mobilisé un investissement de 115 millions de DH pour l’extension de son unité industrielle d’Agadir. Etalée sur une superficie de 3000 m2, cette extension devra permettre à GPC de créer quelque 40 emplois directs et d’augmenter sa capacité de production de 30%, et couvrir davantage les besoins de la région dont le potentiel commercial ne cesse de croître. Mounir El Bari, directeur général de GPC, se livre à «La Vie éco» sur les buts que la filiale d’Ynna Holding, poursuit dans le cadre de sa stratégie de développement régionale, et détaille les ambitions de GPC en matière de leadership africain dans un contexte concurrentiel particulièrement rude, où plusieurs acteurs mondiaux font des coudes pour accaparer des parts de marché. Notons que GPC est, depuis quelques années, sur un plan d’investissement des plus ambitieux qui vise à asseoir son ancrage national par le développement de diverses unités industrielles, chacune spécialisée dans un volet industriel.

Vous investissez 115 millions de DH pour augmenter la capacité de production de votre unité d’Agadir. Que visez-vous ?
L’investissement lancé par GPC à Agadir concerne l’extension de son unité existante et ce, par l’installation d’une machine de découpe rotative totalement automatisée et qui permet d’imprimer en flexographie quadri (high graphic) 6 couleurs, avec un circuit automatique de manutention. Il s’agit d’un matériel dernier cri de très haute technologie. Cet investissement permettra d’augmenter la capacité de production de GPC Agadir de quelque 30%. L’investissement de 115 MDH vise à mieux servir les deux secteurs phares de la région : l’agriculture et la pêche ; Plan Maroc Vert et Halieutis. Cet investissement entre dans le cadre du PAI Région Souss-Massa-Draa et suite à la convention signée devant S.M. le Roi au mois de janvier 2018.

Le potentiel commercial de la région vous permettra-t-il d’absorber vos charges rapidement ?
La région se développe très doucement surtout après des mauvaises campagnes d’export des agrumes. A travers cet investissement, GPC veut mieux servir sa clientèle de tomate, agrumes et primeurs et se positionne comme acteur incontournable pour développer le secteur agricole au sud du Maroc.

Vous avez également mobilisé, en 2017, un gros investissement à Kénitra de 800 millions de DH. Quelles sont les ambitions de GPC au niveau national ?
Effectivement, en 2017, nous avons lancé deux grands investissements, dans la région du Gharb: 300 MDH pour une usine de papier ondulé et emballage d’une capacité de 80 000 tonnes ; 500 MDH pour une unité de carton ondulé dédiée aux équipementiers et agricole, d’une capacité de 60 000 tonnes. L’objectif de cet investissement est de positionner GPC comme un accompagnateur du développement du secteur automobile au Maroc.
Au niveau national, GPC est présente et sera présente dans toutes les régions marocaines où se trouvent des activités industrielle ou agricole. GPC ambitionne d’investir très prochainement dans d’autres régions marocaines pour accompagner l’essor de l’économie marocaine.

Qu’en est-il du marché international ? Que représente-t-il dans vos activités ?
Aujourd’hui, GPC ambitionne de devenir un leader africain de l’emballage papier/ carton. Pour cette raison, GPC assure une présence permanente en Afrique : prospection, visites, participations aux salons et aux foires,… Actuellement, GPC dispose déjà d’un portefeuille client sur l’Afrique de l’ouest francophone mais aussi sur quelques pays anglophones tel que le Ghana. Le chiffre d’affaires à l’export est en constante augmentation et représente aujourd’hui quelque 3 % du CA global.

La concurrence est rude dans l’industrie de l’emballage en carton. Quelles sont les évolutions que vous entrevoyez pour le secteur à moyen et long termes ?
GPC est en concurrence directe avec plusieurs multinationales et ne ménage aucun effort d’investissement ou d’organisations pour rester un acteur de référence nationale en emballage papier/ carton. Pour ces raisons, GPC lancera incessamment d’autres investissements sur le sol national et pourquoi pas africain !
En termes d’organisation et afin de rester au niveau international, GPC est certifié : BRC (British Retail Consortium), FSC (Forest Stewardship Council ), en plus des certifications ISO 9001, 14001, 45001, 50111 et Label RSE de la CGEM.

Parmi les investissements les plus importants faits par GPC sur les 4 dernières années, figurent ceux concrétisés dans la zone industrielle AFZ de Kénitra où pas moins de 800 MDH ont été injectés. L’objectif était de mettre sur pied, d’une part, un nouveau site industriel pour la production de carton ondulé dédié aux secteurs automobile et agricole, d’une capacité de production de 60 000 tonnes par an (500 MDH investis). Et, d’autre part, une unité industrielle pour la production de papier ondulé d’une capacité de 80000 tonnes par an (300 MDH investis). La capacité de production globale de GPC dans la région en carton ondulé a ainsi été portée de 150 000 à 230000 tonnes par an, positionnant GPC en tant que leader national et l’un des principaux fournisseurs en emballage en carton et papier des secteurs automobile et agricole.