Gespac Maroc augmente son capital de 85 MDH

L’opération est réservée à  quatre sociétés de capital-risque de la place.

S’il est un satisfecit à accorder à notre tissu industriel, c’est bien au secteur des technologies de pointe. Certes, il n’y a pas encore de quoi pavoiser, mais les prémices de la naissance d’une constellation de PME «innovantes», principalement mise en orbite sous l’auspice de firmes étrangères tentées par la délocalisation au Maroc, sont palpables.
L’implantation de sous-traitants du secteur aéronautique tel le français Souriau, qui a délocalisé ses unités de production de la Hongrie à Tanger Free Zone (TFZ), s’inscrit éloquemment dans ce constat. Sur ce creuset, où les économistes espèrent vivement voir l’économie marocaine décoller par une amélioration des rendements et non seulement grâce à la croissance des facteurs de production, d’autres exemples viennent confirmer le positionnement aussi balbutiant que réjouissant de notre pays. Le dernier en date est l’augmentation de capital de 85 MDH lancée par la filiale marocaine de Gespac Systèmes, opérateur français spécialisé dans la création de solutions en électronique embarquée et cotée au second marché de la place parisienne avec une capitalisation de 53 millions d’euros (580 MDH) et un chiffre d’affaires de 57 millions d’euros (620 MDH).

L’apport sera complété par un emprunt de 15 MDH pour financer l’expansion
Gespac Systèmes a réservé cette augmentation de capital à quatre sociétés de capital-risque marocaines : Maghreb Private Equity Fund, Acces Capital Atlantique, Capital Morocco et Moussahama qui détiennent désormais 26 % du capital qui a ainsi été porté à 330 MDH. Toutes ont manifesté un grand intérêt pour les perspectives de développement indéniables de Gespac Maroc. A titre d’illustration, le chiffre d’affaires estimé de 2003 devrait quintupler pour frôler les 350 MDH. La sortie envisagée en 2005 par les partenaires marocains via une introduction en Bourse devrait sans doute, sauf mésaventure invraisemblable, leur procurer un retour sur investissement assez lucratif.
Notons que les nouveaux apports en fonds propres seront complétés par un emprunt bancaire de 15 MDH pour financer le renouvellement de l’outil de production et le fonds de roulement, suite à l’expansion de l’activité.
Rappelons que Gespac s’est implantée à Témara en 2000 et y a délocalisé graduellement une partie substantielle de son activité au point de hisser sa filiale au rang de leader mondial des interfaces homme-machine (IHM) dans le ferroviaire et de premier opérateur européen dans le câblage spatial. Son chiffre d’affaires a atteint 70 MDH en 2002. Le nombre d’employés est passé, quant à lui, de 75 à 410 et atteindra les 600 l’année prochaine. De quoi mettre du baume au cœur de ceux qui ont toujours prôné l’amélioration de la qualité de la main-d’œuvre avant d’aller charmer les investisseurs étrangers