Gare de Casa-Port : un hôtel de 500 chambres à  la place des bureaux

Les difficultés de commercialisation des bureaux à  Casablanca ont poussé l’office à  reconsidérer ses plans. La première phase du projet, la gare et le centre commercial, sera livrée à  la fin de l’année.

Modification des plans à la gare de Casa-Port. Finalement, l’Office national des chemins de fer (ONCF) y construira un hôtel de 500 chambres à la place des immeubles de bureaux. L’annonce en a été faite par le DG de l’office, Mohamed Rabie Khlie, jeudi 22 septembre, à l’occasion de la présentation du programme des festivités du cinquantenaire de l’office. La présentation de ce programme a été rapidement reléguée au second plan par des questions liées à l’état d’avancement des différents chantiers engagés par l’ONCF dont, justement, celui de la nouvelle gare Casa-port. Le retard accusé sur ce chantier est expliqué principalement par la défaillance du premier prestataire, en l’occurrence le portugais Conduril, et par la complexité architecturale du site. Actuellement, ces problèmes sont dépassés et le taux de réalisation avoisinerait les 90%. M. Khlie a assuré que les travaux de la première phase, qui comprennent le centre commercial, devraient s’achever à la fin de l’année en cours. Le ministère de tutelle a récemment lancé un appel d’offres pour la sélection des enseignes devant s’installer dans cette gare. Les résultats devraient être communiqués à la fin du mois d’octobre prochain. Mais l’ONCF annonce déjà que l’enseigne de restauration Mc Donald devrait y poser pied.

85% des terrains dédiés au TGV sont libérés

La modification des plans concerne précisément la seconde phase. «Les études de marché que nous avons effectuées ont démontré qu’il serait préférable d’avoir un hôtel de 500 chambres à la place d’immeubles de bureaux, en raison des difficultés que rencontre ce segment dans la ville», explique le DG de l’ONCF. Il reste maintenant à savoir comment l’office va se distinguer dans cette zone abritant déjà plusieurs hôtels ciblant quasiment tous les segments.

Au-delà de ce projet, la LGV (ligne à grande vitesse) a également retenu l’attention. Si le management de l’office préfère tempérer avant de faire le point sur l’avancement des chantiers, il révèle néanmoins que 85% de la superficie prévue a déjà été expropriée. «Nous privilégions dans ce cadre une approche amiable avec les propriétaires des terrains et grâce au soutien des différentes parties, notamment les autorités locales, les choses avancent plutôt bien dans ce sens», se réjouit Rabie Khlie.