Garder son téléphone fixe tout en changeant d’opérateur ? Possible dès le 1er juillet

Après la portabilité et le dégroupage partiel, le dégroupage total devrait
chambouler le secteur des télécoms.
En 2007, seulement 2 000 clients GSM ont changé d’opérateur tout en gardant
le même numéro.

Après la mise en application de la portabilité des numéros, au cours du premier semestre 2007, ainsi que le dégroupage partiel des lignes fixes, l’année 2008 connaà®tra l’activation du dernier «levier de régulation» annoncé par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), celui du dégroupage total.

Il sera bientôt possible de faire son marché en fonction des prix et des services. Autrement dit, la concurrence sera plus rude entre les opérateurs. Entrée en vigueur de la portabilité et du dégroupage total, baisse des tarifs de l’interconnexion (-5% en quelques années, passant de 1,40 DH à  1,21 DH en plein tarif) et l’arrivée de nouvelles offres internet. Et puis, l’autre raison est que Wana va entrer dans la téléphonie mobile, avec ce que cela peut avoir comme conséquence sur les coûts.

Commençons par la portabilité. Mise en application en mars 2007, son développement va certainement lui donner plus d’attrait et à  moindre frais. A fin 2007, le nombre de personnes qui ont choisi de changer d’opérateur en gardant leur ancien numéro a été de 2 000 personnes pour le mobile. Le fait que les consommateurs n’aient pas été attirés par cette formule (voir encadré) s’explique par plusieurs facteurs.
D’abord, l’information n’a pas été suffisamment relayée sur le sujet et le client n’a pas beaucoup de visibilité sur les économies qu’il peut réaliser en passant d’un opérateur à  un autre. La deuxième raison est que les opérateurs n’ont ni mis en Å“uvre une politique commerciale ni lancé une campagne publicitaire sur le sujet.

Le dégroupage partiel n’a pas intéressé les concurrents de Maroc Telecom
Cela s’explique, d’ailleurs, par le fait que la portabilité est synonyme d’augmentation des charges, dans la mesure o๠ils financent l’arrivée du nouveau client puisqu’ils paient des frais de portage et d’acheminement des appels de celui-ci. En effet, la ligne dont hérite le nouveau client continue à  être gérée par l’ancien opérateur.

Le grand changement de 2008 est toutefois le dégroupage total pour ce qui est du fixe. Cela veut dire que les clients qui, en 2007, n’avaient la possibilité de migrer vers un autre opérateur que pour internet vont, dès juillet 2008, avoir le droit de garder leur ligne filaire (fixe classique de Maroc Telecom) tout en changeant d’opérateur, ce qui induira une concurrence exacerbée. En effet, depuis quelques mois, la mise en place du dégroupage partiel, qui permet d’avoir des services supplémentaires d’un autre opérateur sur la ligne fixe Maroc Telecom, n’a pas intéressé Méditel et Wana qui voyaient en ce produit peu de valeur ajoutée. Avec la possibilité d’avoir la ligne de manière exclusive, ils pourront enfin marcher sur les plates bandes de l’opérateur historique dont le fixe continue à  assurer une confortable rentabilité.

Certes, là  aussi, un nouveau client sera source de frais supplémentaires pour l’opérateur choisi qui devra payer pour chaque ligne dégroupée l’entretien et la location des infrastructures (35 DH/mois au titre du dégroupage partiel et 100 DH/mois pour un dégroupage total). Mais au vu du potentiel existant en matière de services voix, données et images (téléphone, internet et TV), ces coûts devraient être facilement compensés.

Pour ce qui est d’internet, le grand événement a été le fait qu’il se soit affranchi du fixe. L’autre conséquence de ces changements est que l’on va certainement vers des produits o๠voix, données et images vont converger.

Par ailleurs, l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) prévoit l’entrée en vigueur, à  fin mars 2009, du plan national de numérotation (PNN) à  10 chiffres au Maroc aussi bien concernant le fixe que le mobile. Celui des 9 chiffres aujourd’hui en vigueur date d’octobre 2 000.