Fruits et légumes : la vague de froid en Europe profite aux exportations marocaines

Les producteurs espèrent compenser la baisse enregistrée depuis le début de la campagne.
Les prix des légumes se sont nettement redressés.
Les agrumes profitent de la chute du potentiel d’exportation de l’Espagne.

«Le malheur des uns fait le bonheur des autres». Ce proverbe résume la situation actuelle des exportateurs marocains de fruits et légumes par rapport à leurs homologues de l’Union européenne. A cause de la vague de froid qui sévit actuellement en Europe, la plupart des exploitations sont, en effet, sinistrées. Du coup, le potentiel de production actuel et pour les prochains mois est réduit, alors que la demande augmente, en particulier pour les produits destinés à la préparation des soupes.
Selon l’Association des producteurs de fruits et légumes (APFEL), cette situation permettra aux exportateurs marocains de rattraper les baisses importantes enregistrées depuis le début de la campagne 2009-2010.
L’association table sur l’exportation, rien qu’entre janvier et mars 2010, de l’équivalent de 50% du volume habituellement exporté sur toute une année vers les marchés de l’UE qui est d’environ 300 000 tonnes toutes variétés confondues (tomates, courgettes, concombre, poivron…). Au 10 janvier, les expéditions totales de primeurs, toutes destinations confondues, portaient sur 238 301 tonnes, en retrait de 10% par rapport à la même période de l’année précédente, d’après les statistiques de l’établissement autonome de contrôle et de coordination des exportations (EACCE). La tomate avait chuté de 18%, à
151 811 tonnes et les légumes divers (courgette, piment fort, concombre radis, salade, haricots helda et verts…) de 10%, à 78 884 tonnes. Dans ce dernier groupe de produits, le repli est principalement dû à la courgette et au poivron qui constituent une bonne part des cargaisons. Ces deux légumes ont chuté respectivement de 11 et 30%, à 16 500 et 12 220 tonnes. La pomme de terre est également en chute libre. Seulement 205 tonnes ont été exportées au lieu de1 040 pour la même période de 2009. En revanche, les fruits divers sont mieux demandés. Les ventes à l’étranger portaient sur 7 400 tonnes contre 5 522, une année plus tôt, soit une appréciation de 34%. Fraise (+169%), pastèques (+507%) et framboise (+191%) ont été bien demandées, contrairement au melon en repli de 4%, à
2 788 tonnes.
Il est évident qu’il sera difficile d’être en phase avec les prévisions annoncées par le ministère de l’agriculture (880 000 tonnes de primeurs exportées sur une production attendue de 2,2 millions), mais plus le froid sévira en Europe plus il sera bénéfique au Maroc.
Les effets de l’actuelle conjoncture ne se limitent pas à l’augmentation des volumes exportés. Elle aura également un impact sur leur valeur dans la mesure où les prix de certains légumes, qui avaient enregistré une importante baisse, connaissent une évolution significative. Ainsi, l’association retient essentiellement l’exemple de la courgette dont le prix qui se situait entre 5 et 6 DH le kilo a atteint, depuis le début janvier, 22 DH le kilo en prix de gros. Il en est de même pour le poivron qui a vu son prix de gros passer de 7 DH à 13 DH. Enfin, la tomate, dont les exportations avaient beaucoup baissé en raison de la tutta absolutta, connaît aussi une évolution de son prix de gros qui est passé de 0,60 à 0,90 DH.

L’enthousiasme des agrumiculteurs contrarié par les pluies

Cette conjoncture profitera également aux exportations d’agrumes dont les exportations ont atteint, au 10 janvier, 236 000 tonnes contre 271 000 tonnes à la même période de l’année dernière. Les fruits divers -essentiellement la clémentine – ont fléchi de 10 %, à
222 000 tonnes et les oranges (début de campagne) de 41%, à 12 710 tonnes. Les producteurs espèrent suppléer l’Espagne dont la production exportable a baissé de 6 à 7% pour la clémentine et de 15% pour les oranges. Il est à rappeler que l’Espagne exporte annuellement 3,5 millions de tonnes contre 500 000 à 600 000 tonnes pour le Maroc.
Outre l’augmentation des volumes d’agrumes exportés, les opérateurs marocains signalent également une hausse des prix en raison de la forte demande d’agrumes sur les marchés européens. Ils ne donneront cependant pas d’estimation de cette évolution des prix. L’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (Aspam) tient quand même à souligner que le rythme de la cueillette et de l’exportation des agrumes va connaître un ralentissement car le Maroc a aussi subi des intempéries (fortes pluies) qui ont affecté les fruits (ils sont gorgés d’eau et sont donc fragiles à l’exportation) et les vergers devenus impraticables. Pour l’actuelle campagne, le ministère de l’agriculture table sur une production de 1,41 million de tonnes, en hausse de 10% par rapport à la précédente campagne. Ce volume comprend les oranges (775 000 t), les petits fruits (581 000 t) et les autres agrumes (56 000 t). Les exportations globales devraient atteindre 552 000 tonnes, soit une amélioration de 7%.