Frigos jordaniens : la douane vérifie le taux d’intégration sur place

Les inspecteurs se sont rendus en Jordanie le 25 juillet et devraient revenir durant la première semaine d’août En attendant, les réfrigérateurs sont toujours bloqués au port.

Soupir de soulagement chez les fabricants locaux de réfrigérateurs. Les produits jordaniens, soupçonnés de ne pas respecter la règle d’origine applicable dans le cadre de l’accord d’Agadir, ne s’écouleront pas sur le marché marocain avant que les inspecteurs de la douane n’aient une idée précise sur place.

Tout a commencé il y a un peu plus d’un mois, lorsque des conteneurs avec 4 200 réfrigérateurs de marque Daewoo, en provenance de Jordanie, sont arrivés au port de Casablanca. A ce jour, ce pays n’est pas connu pour ses sites de fabrication locale massive de réfrigérateurs. Les usines qui y sont implantées produisent des articles électroménagers, surtout en assemblant des pièces importées, notamment de Corée. Dans le doute, la douane avait donc interdit la libération de la marchandise. L’exportateur, lui, assurait que la règle d’origine – qui stipule que la valeur totale des composantes fabriquées à l’intérieur du pays exportateur doit atteindre 40% de la valeur finale de l’appareil – était respectée. Même les autorités jordaniennes avaient, documents officiels à l’appui, abondé dans le sens de l’exportateur.

Du côté marocain, on était loin d’être convaincu. Car, comme le répétait ce fabricant local, «nous sommes très peu nombreux dans la fabrication de l’électroménager, et les sites de fabrication mondiaux sont connus. Comment une usine peut-elle, du jour au lendemain, livrer 4 200 réfrigérateurs de cinq ou six modèles différents?». De plus, une rumeur persistante laissait entendre qu’une cargaison de près de 10 000 autres unités était en route vers le Maroc. En pleine haute saison de vente, l’arrivée de ces produits aurait bouleversé le marché, estimé à 350 000 unités/an dont 70% à écouler entre mai et septembre 2008, été et Ramadan obligent.

Lors de la tenue, du 19 au 22 juillet à Amman, de la Haute commission mixte maroco-jordanienne, le ministre du commerce extérieur, Abdellatif Maâzouz, et le président de la commission mixte Maroc-Jordanie de la CGEM, Hamad Kassal, ont demandé à visiter l’usine en question. «On nous a accordé une visite, mais cela ne nous permet pas de statuer. C’est un procédé de vérification très complexe, et seuls les experts de la douane sont habilités à le faire», commente M. Kassal. L’administration douanière a donc dépêché une équipe d’experts sur place, en Jordanie, une semaine plus tard. Celle-ci pourra donc vérifier de visu si la règle d’origine est respectée ou non.