France Télécom dans le capital de Méditel : 40% aujourd’hui, 45% en 2011 et 49% en 2015

1,5 milliard de DH de plus-value réalisée par la CDG et FinanceCom.
Meditelecom en Bourse en 2011.
Pas de changement stratégique ni de management pour le moment.

Fin de suspens concernant le rachat de Meditelecom. Mardi 21 septembre, le top management de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), de FinanceCom, de Meditelecom et de France Télécom (Orange étant le nom de marque commerciale) tenait un point de presse pour annoncer l’acquisition par ce dernier opérateur de 40% du capital de Meditelecom. L’opération, qui pour l’instant n’a fait l’objet que de la signature d’un protocole d’accord (l’aval de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications n’a pas encore été donné et le pacte d’actionnaire n’a pas encore été signé), porte sur 640 millions d’euros, soit environ 7,1 milliards de DH. Elle devra être bouclée avant la fin de l’année, et le gouvernement y tient pour améliorer sa balance des paiements.
Le futur tour de table de Meditelecom sera donc composé de France Télécom avec 40% du capital, tandis que la CDG et FinanceCom continueront à détenir les 60% restants à parts égales. Ces deux actionnaires cédants empocheront une plus-value conséquente qui représente plus de 27% du prix d’acquisition. Pour rappel, ils avaient acquis à fin août 2009 le bloc de contrôle de 64,4% que détenaient les opérateurs ibériques Telefonica et Portugal Telecom au prix de 810 millions d’euros (près de 9 milliards de DH). La valorisation globale de Meditelecom au moment de l’acquisition par FinanceCom et la CDG était de 1,26 milliard d’euros, et celle retenue au moment de la cession est de 1,6 milliard d’euros (10 fois l’excédent brut d’exploitation de Meditelecom prévu au titre de 2010). La plus-value brute en montant, relative aux 40% cédés, ressort ainsi à 137 millions d’euros, soit plus de 1,5 milliard de DH.

L’entrée en Bourse… si les actionnaires marocains donnent leur feu vert

Les actionnaires marocains de Meditelecom ont donc fait une bonne affaire. Et ils ne comptent pas en rester là, car le protocole d’accord signé avec France Télécom prévoit la montée de l’opérateur dans le capital de Meditelecom à 45% en 2011, puis à 49% en 2015. Le nouvel entrant ambitionne par ailleurs de faire entrer Meditelecom en Bourse l’année prochaine, si, bien entendu, la CDG et FinanceCom donnent leur feu vert. Reste à savoir qui voudra vendre ses parts…
France Télécom a également fait une bonne affaire à travers cette opération. Stéphane Richard, son PDG, a déclaré que le business model de Meditelecom était viable, que l’entreprise est gérée à l’image de ce qui se fait à l’international et que ses perspectives d’avenir sont prometteuses. Il trouve d’ailleurs que le business plan actuel de l’opérateur marocain, qui prévoit une croissance annuelle moyenne de 7% de son chiffre d’affaires, est encourageant tout en étant réaliste. A ce titre, aucun changement stratégique (notamment en termes de positionnement et de tarifs) ou managérial de Meditelecom n’est prévu pour le moment par le nouvel actionnaire.
On comprend cette prudence, ne serait-ce qu’au vu des dernières réalisations de l’opérateur. Pour rappel, le chiffre d’affaires au 30 juin 2010 de Meditelecom a progressé de 12%, à 2,7 milliards de DH, et son excédent brut d’exploitation s’est apprécié de 7,3%. Cela dit, l’effet de l’adossement à un opérateur téléphonique mondial se fera sans doute ressentir. Stéphane Richard a précisé sur ce chapitre que France Télécom sera un partenaire industriel privilégié de Meditelecom et qu’il lui apportera son expertise en termes de technologie et de marketing. Notons que France Télécom, à travers sa marque Orange, est pionnier dans le segment haut de gamme du mobile, notamment dans les Smartphones, ce qui va dans le même sens que le positionnement actuel de Meditelecom. Il compte d’ailleurs plus de 30 millions de clients dans le monde à être connectés à internet via ses mobiles. Signalons qu’à terme, l’opérateur français ambitionne de faire entrer sa marque Orange, classée dans le top 50 des marques mondiales, au Maroc.
Les synergies entre les deux opérateurs ne s’arrêteront pas à cet aspect. La marque Orange est très présente en Espagne et en Belgique (et, bien entendu, en France), des marchés qui comptent une population importante de Marocains résidents à l’étranger. Des offres spécifiques peuvent être développées dans ce sens, notamment en matière de tarification de certains services (coût des appels, roaming, transfert d’argent…).
Il faut savoir par ailleurs que l’acquisition de Meditelecom entre dans le cadre d’un plan d’investissement important initié par France Télécom. Il vise le marché africain et Moyen-Orient et porte sur plus de 9 milliards d’euros.  Le groupe français compte déjà plusieurs implantations et participations dans des pays de la région. Il y emploie plus de 13 000 personnes et y génère un chiffre d’affaires annuel de 3,5 milliards d’euros. Ces chiffres seront augmentés dès 2011 de la contribution de Meditelecom
In fine, sur un marché marocain des télécoms qui ne compte que trois opérateurs, on trouve deux opérateurs français (Vivendi dans Maroc Telecom avec 53% du capital et France Télécom dans Méditel avec 40% du capital pour l’instant) qui se font la concurrence outre-mer.