Fram s’ouvre sur la clientèle nationale

Une brochure contenant 52 destinations sera diffusée en avril. L’activité sera lancée à  partir de Marrakech où se situe sa principale agence. Le tour-opérateur est déjà  présent sur le Haj et la Omra.

Le tour-opérateur français Fram présent au Maroc depuis une trentaine d’années, qui assurait jusque-là le réceptif de ses propres clients étrangers, élargit son activité. Il propose désormais des packages aux Marocains qui désirent voyager à l’étranger. L’offre comprenant 52 destinations où le TO dispose d’infrastructures d’accueil et de transport sera communiquée à travers une brochure qui sera diffusée en avril prochain.
Selon Jean Jacques Boucher, DG de Fram Maroc, le fait d’agir en tant que TO à partir du Maroc n’est pas une idée nouvelle puisqu’elle était pratiquée déjà depuis plusieurs années, sans tapage pour une clientèle qui en faisait la demande. Idem pour l’activité Haj et surtout la Omra. Certes, l’activité pèlerinage est limitée par le quota imposé par les autorités saoudiennes et le choix des agences de voyages habilitées, mais Fram a pu organiser l’opération Hadj à deux reprises. En revanche, pour la Omra qui est libre, le TO a envoyé, en 2010, 250 personnes, 120 en 2009, et 70 en 2008.

L’agrément IATA obtenu

Qu’est-ce qui a décidé Fram a faire ouvertement du tour-operating à partir du Maroc ? «Auparavant, nous étions obligés de passer par les bureaux des compagnies aériennes pour obtenir des billets, ce qui limitait notre activité, aujourd’hui, nous avons obtenu l’agrément IATA, au Maroc, qui nous permet, comme les autres voyagistes, d’accéder au système de réservations de Royal Air Maroc et des autres compagnies, y compris les compagnies low-cost».
Fram est décidée aussi à s’attaquer au tourisme interne en proposant aux nationaux des formules week-end ou des séjours plus longs à l’intérieur du Maroc. C’est à partir de Marrakech où elle a sa principale agence, qu’elle vient de rénover pour un coût de 700 000 DH, que le TO va lancer son activité voyages à partir du Maroc, en s’appuyant sur les autres points de vente qu’il a Agadir, Fès et Ouarzazate.
Pour autant, le TO ne veut pas brûler les étapes et ne compte pas, pour l’heure, ouvrir de points de vente à Casablanca ou Rabat, préférant s’adosser à des agences partenaires. Mais, précise son DG, «à terme, il n’est pas exclu que nous développions un réseau de vente à travers le Maroc, si les choses marchent bien». L’on se rappelle l’essai du ministère du tourisme de faire émerger des TO nationaux, avec la sélection de trois voyagistes, mais le projet est resté sans suite. Fram est-elle en train de transformer cet essai ?