Financecom injecte 250MDH dans Finatech

Le capital de la filiale du groupe Benjelloun passe de 400 à  650 MDH
L’apport est destiné à  financer l’acquisition de nouvelles participations en Europe et les projets de développement de certaines filiales.

Moins d’un an après sa création et son positionnement en tant que premier groupe pour les nouvelles technologies au Maroc, Finatech passe à la vitesse supérieure. En effet, la filiale de Financecom (groupe Benjelloun) vient de hisser son capital de 400 à 650 MDH. Cet apport de 250MDH en argent frais permettra à Finatech de financer une nouvelle vague d’acquisitions après celles de début 2008 et d’accompagner des projets de développement de certaines de ses filiales actuelles. Au nombre de 17, celles-ci sont réparties entre trois pôles d’activité : technologies d’infrastructures et réseaux (Telecom Partners, Profilium, Aviacom, Network City et SBI), technologies de digitalisation (Jet Docunet, Docubox, JPSTechnologies etTechnibank) et technologies interactives (Sofratev, Cerdis, Artemis, Sicodex, HypertechMaroc, Saisie.ma, Sysnek France et SysnekMaroc).Outre ces participations domestiques, Finatech compte également un quatrième pôle dit innovation technologies qui regroupe 9 participations à l’étranger, opérant plus précisément dans les domaines de la microélectronique et la nanotechnologie, et installées, pour la plupart, dans la SiliconValley, en Californie.

L’introduction en Bourse en 2008 n’est plus d’actualité

Pour l’actuelle opération, Finatech envisage de faire des acquisitions en Europe avec, en arrière-plan stratégique, la volonté de dynamiser l’activité offshore (à partir duMaroc) de ses nouvelles filiales aussi bien en informations technologies outsourcing (ITO) ou offshoring informatique, qu’en business process outsourcing (BPO) ou externalisation d’une partie de l’activité vers un partenaire externe.
Autre credo de la holding : la création de valeur à travers les synergies et la complémentarité entre ses différentes composantes.
L’autre objectif corrélatif des investissements en cours est de dépasser, dès 2009, la barre du milliard de DH de chiffre d’affaires consolidé au Maroc.A fin 2008, cet agrégat devra déjà, à périmètre constant, se situer à 650 MDH pour un effectif agrégé de près de 550 employés.
Quant au projet d’introduction en Bourse, dont l’accompagnement au titre de banque conseil avait été confié à CFG Group, il ne serait plus à l’ordre du jour en cette fin d’année 2008. Ce qui est parfaitement compréhensible dans le contexte actuel de fortes turbulences que traverse la Bourse de Casablanca et, plus particulièrement, de déboires des valeurs technologiques.