FinanceCom et Holmarcom injectent 64 MDH dans Regional Air Lines

Le but de l’opération est de nettoyer des pertes cumulées de l’ordre de 206.5 MDH. Un nouvel apport destiné à  renforcer les fonds propres est envisagé en 2013.

Trois ans après avoir arrêté toute activité opérationnelle, Regional Air Lines (RAL) n’arrive toujours pas à juguler ses pertes. Elle vient à nouveau de tendre la sébile à ses actionnaires historiques menés par Holmarcom (Groupe Bensalah) et FinanceCom (Groupe Benjelloun) pour restructurer son haut de bilan. Entérinée lors d’une assemblée générale extraordinaire (AGE) tenue le 24 octobre 2012, l’opération consiste cette fois-ci en un coup d’accordéon destiné, outre l’injection d’argent frais, à nettoyer en grande partie les pertes cumulées de 206,5 MDH cumulés. Aussi, le capital a-t-il été ramené de 192 MDH à 1,2 MDH par voie d’annulation de 1 908 000 actions avant qu’une recapitalisation à hauteur de 63,6 MDH ne le hisse à 64,8 MDH.

La situation financière d’Air Arabia Maroc n’est pas reluisante non plus

Pourquoi une telle nouvelle manne alors que RAL est devenue depuis 2009 un simple véhicule de détention d’une participation de 40% dans le capital d’Air Arabia Maroc ? C’est que la filiale marocaine du groupe émirati Air Arabia basé à Sharjah est, elle-même, dans une situation peu reluisante malgré un récent concours de 125 MDH apportés par les actionnaires. Les actionnaires dont RAL devrait vraisemblablement mettre la main à leur poche en 2013 pour reconstituer les fonds propres de leur filiale.

Rappelons que RAL a été fondée en 1996 et a inauguré son premier vol en juillet 1997. Elle fut la première compagnie aérienne privée à avoir été créée au Maroc. En 2009, la compagnie a noué un partenariat avec Air Arabia en apportant l’essentiel de son patrimoine dont les licences d’exploitation aérienne à Air Arabia Maroc en contrepartie de 40% du capital de celle-ci. Falah Invest Holding avait complété le bloc de contrôle marocain en détenant 11% du capital. Le reste du capital avait été souscrit par Ithmar Bank pour 20% et le groupe Air Arabia pour 29% qui en devint aussi, selon le pacte d’actionnaires, celui qui détient les rênes opérationnelles.