Une fois n’est pas coutume, IB Maroc est dans le rouge

Pour la première fois depuis sa création, IB Maroc dégage un résultat déficitaire. Coupable ? La situation exceptionnelle sur ses terrains de chasse. Le redressement est quasi garanti en 2012.

Loin d’avoir réalisé sa promesse d’amélioration à deux digits de son chiffre d’affaires, IB Maroc se contente d’une évolution de 1,7%, à 235,1 MDH. Et encore, on compare ici un exercice 2011 plein avec une année 2010 de 9 mois uniquement (suite à la modification de son exercice fiscal). Il est vrai que les conditions étaient exceptionnelles pour IB Maroc qui évolue dans des pays qui ont vécu un exercice 2011 marqué de très fortes turbulences, la Libye et la Côte d’Ivoire en tête. Conséquence : plusieurs investissements publics et privés ont été ajournés.

Face à des charges d’exploitation en hausse (+25%), et ce, malgré l’«économie» de 10 MDH sur la masse salariale, le résultat d’exploitation ressort déficitaire. A -24,7 MDH, il est en retrait de 46,3 MDH par rapport à 2010. Ni l’allègement du résultat financier de quelque 4,8 MDH, ni même l’amélioration du résultat non courant de 11,3 MDH n’ont permis de sauver le résultat net. Ce dernier sort déficitaire de 19,5 MDH. Et c’est la première fois depuis sa création qu’IB Maroc affiche une perte.

Cela mérite d’être signalé, l’amélioration du résultat non courant cité plus haut provient, pour l’essentiel, d’un produit de cession d’immobilisation (18 MDH) relatif à la vente des parts d’IB Maroc dans la propriété foncière sise à Casablanca.
Côté perspectives, IB Maroc qui prévoit un chiffre d’affaires de 300 MDH en 2012, compte poursuivre son expansion au Maghreb et en Afrique subsaharienne. Outre la croissance organique autour des métiers de réseaux, de la sécurité et de l’administration des SI, elle vise des acquisitions stratégiques. Opérations qu’elle compte financer en partie à travers l’ouverture de son capital à de nouveaux actionnaires. Un choix de financement certainement dicté par le niveau d’endettement net de la société qui a augmenté de 59% en 2011, à 104,5 MDH.