SCE, un bénéfice en hausse grà¢ce à  des reprises financières

Les réalisations de 2010 font oublier l’amollissement de l’exercice précédent, avec une activité en hausse de 14% et un bénéfice net en progression de 48%.

A la Société chérifienne des engrais et des produits chimiques (SCE), on n’aime pas le changement. Preuve en est, il n’existe absolument aucune différence entre le communiqué des résultats 2010 et celui portant sur ceux de 2009, à l’exception des chiffres qui ont forcément changé d’une année à l’autre. Ni la taille de l’encart, ni sa mise en page, ni la structure du commentaire, ni même les perspectives de la société n’ont bougé d’un iota. Heureusement que dans cette stagnation apparente, l’activité est en progression.
Ainsi, le chiffre d’affaires bondit de 14,2% et passe de 195,5 à 223,2 MDH, dans une année agricole bonne, mais marquée par un contexte concurrentiel plus prononcé. La progression plus rapide des charges d’exploitation a toutefois tiré le résultat opérationnel vers le bas, le ramenant à un niveau de 2,4 MDH, contre 5,35 millions un exercice auparavant, et faisant perdre à la marge opérationnelle 1,7 point pour l’inscrire à un petit 1,1%.
La société s’est magistralement rattrapée grâce à un résultat financier de 12,8 MDH, soit 11 millions de plus qu’en 2009. Ceci a été possible à la faveur des reprises financières et transferts de charges qui sont venus doper les produits financiers de la société. Le résultat courant termine donc l’année sur une hausse à trois chiffres, de 112,7% plus précisément, à 15,2 MDH.
Le résultat avant impôt progresse quant à lui sur une hausse de 78%, à 19,6 MDH. Mais après impôt, cette performance est cantonnée à 48% pour un bénéfice net de l’ordre de 14,8 MDH, à comparer aux 10 MDH réalisés en 2009. La marge nette de la société s’en trouve bonifiée de 1,5 point et s’inscrit à un niveau de 6,6% à fin décembre dernier. Le dividende, à 15 DH, reste enfin stable par rapport à 2009.