S2M : Premier exercice à  la cote, premier faux bond !

Les réalisations sont en décalage par rapport au business plan d’introduction en Bourse. Et pour cause, la crise dans quelques pays où S2M est exposée, en plus de l’engagement de charges.

Trois mois après son introduction en Bourse, S2M publie des chiffres qui sont (déjà) en décalage avec le business plan miroité aux investisseurs. Un décalage loin d’être dramatique certes, mais qui reste difficile à justifier alors que les comptes 2011 étaient quasiment bouclés au moment de l’IPO, l’opération ayant eu lieu en décembre ! Un chiffre d’affaire de 138,6 MDH contre 145 MDH promis, un résultat d’exploitation de 23,5 MDH, contre 27,7 et surtout un résultat net de 14,2 MDH, contre 19,6 supputé.

La raison de ces contre-performances, la crise mondiale et l’instabilité politique, selon S2M, particulièrement dans ses marchés traditionnels en Afrique et Moyen-Orient. Une situation qui a eu pour effet la baisse des commandes ainsi que le ralentissement de certains projets. Cela a également poussé la société à opérer des provisionnements de créances d’exploitation dans les marchés jugés à risque, la Syrie en tête. Sans compter l’engagement de charges exceptionnelles liées au «versionning» et à la certification CMMI. Une certification de niveau 4 (sur 5 possibles) que S2M a pu avoir haut la main.

Quid de l’avenir ? S2M rassure, puisque la part récurrente de son chiffre d’affaires (73,2%) lui garantit un développement serein et sécurisé. D’autant plus que la diversification aussi bien sur le plan géographique (125 clients dans une trentaine de pays) que sur celui du mix produits lui confère un fort potentiel de croissance et une rentabilité assurée.

L’exercice 2012 semble prometteur. Entre autres, parce qu’elle a signé fin 2011 des contrats importants en Irak et en Ethiopie, sa jeune business unit S2M Transactions à déjà concrétisé des projets d’outsourcing monétique et certains pays où la société est exposée (Tunisie, Yémen, Côte d’Ivoire, Libye) commencent à sortir de la crise.
Dividende : 19 DH.