Remboursement du butoir : la promesse de Benchaâboun sera-t-elle tenue ?

La promesse était donnée en octobre 2018 ! Mohamed Benchaâboun, argentier nouvellement investi alors, avait annoncé le déblocage de près de 40 milliards de DH pour le remboursement des arriérés de TVA de l’Etat.

Ce règlement, intégrant à la fois le secteur public et privé, était censé se faire, selon lui, immédiatement sans incidence notable sur l’équilibre du budget de l’Etat.

Environ un an après, le remboursement du butoir semble mieux rodé du côté du privé. Sur les 11 milliards de DH à rembourser aux entreprises, plus de 9 milliards ont été déjà débloqués. La parade, trouvée lors du mandat de Mohammed Boussaid, et sur laquelle compte aussi le ministre de l’économie et des finances actuel, n’est autre que le mécanisme du factoring qui a bénéficié de la participation active du secteur bancaire. Pour cette partie des arriérés dûs au secteur privé, une fois que l’entreprise a décroché la reconnaissance de dette de l’administration fiscale, elle peut se faire rembourser moyennant une commission de 3,5% en tant qu’intérêts bancaires, et ce, sur une période de cinq ans.

Pour ce qui est du butoir revenant aux entreprises publiques, et dont l’apurement sera échelonné sur les dix prochaines années, le niveau de taux de sortie arrêté avec le secteur bancaire n’est pas encore dévoilé. Toutefois, le montant à rembourser est d’environ 30 milliards de DH, dont plus de 65% bénéficient au groupe OCP.