Le secteur informatique : Le bénéfice net ne représente plus que le dixième de celui de 2010 !

A 2,3 milliards de dirhams, le chiffre d’affaires du secteur informatique est en recul de 11,3% en 2011. Il a été quasi exclusivement impacté par la baisse des ventes de Disway (355 MDH de moins qu’en 2010).

A 2,3 milliards de dirhams, le chiffre d’affaires du secteur informatique est en recul de 11,3% en 2011. Il a été quasi exclusivement impacté par la baisse des ventes de Disway (355 MDH de moins qu’en 2010). La société, qui raflait il y a un an près de 64% du chiffre d’affaires du secteur coté, a vu son poids baisser à 57% tout en restant, de très loin, en pôle position. Elle est suivie par HPS (226,4 MDH) et IB Maroc (235 MDH)… La baisse de régime de Disway, rappelons-le, intervient dans un contexte de baisse des volumes, mais également des prix, le tout dans un environnement de concurrence acerbe et informelle.

Côté opérationnel, la décroissance est encore plus drastique puisque le résultat d’exploitation s’écroule six fois plus rapidement que le chiffre d’affaires ! A 95,8 MDH, il affiche un retrait de près de 60% et s’éloigne des 237 MDH dégagés à fin décembre 2010. C’est l’«œuvre», dans le bon ordre, de Disway, IB Maroc et HPS.

La baisse ne s’arrête pas au niveau opérationnel et atteint, d’une manière encore plus rude, les bénéfices nets. En effet, les 7 sociétés du secteur n’ont dégagé, ensemble, que 15 MDH de bénéfice après impôts, soit moins que le dixième du résultat net enregistré à fin décembre 2010. La marge nette sectorielle n’est plus que de 0,6% contre 6,2% une année plus tôt.

Les responsables sont toujours les mêmes avec HPS qui prend le lead cette fois-ci : son résultat net recule de 68 MDH, quand ceux de Disway et d’IB Maroc régressent, respectivement, de 46 et 28 MDH. Avec la précision toutefois que HPS et IB Maroc affichent carrément des pertes cette année !

Les raisons de la baisse varient d’une société à l’autre, mais le dénominateur commun reste la forte exposition à l’international, avec une présence dans des régions qui ont connu une instabilité en 2010 et en 2011.