Le secteur Chimie : Les bénéfices du secteur chutent de 30%, quand l’activité s’améliore de 3,5%

Le secteur chimique coté améliore son chiffre d’affaires de 3,5% ou 67 MDH, pour le porter à  1,97 milliard de DH à  fin 2011.

Le secteur chimique coté améliore son chiffre d’affaires de 3,5% ou 67 MDH, pour le porter à 1,97 milliard de DH à fin 2011. Si la formation de ce volume global est assurée par la Snep à hauteur de 45% et Colorado à raison de 32%, le reliquat étant réparti à parts égales entre la SCE et Maghreb Oxygène, la participation à l’embellie commerciale n’a pas suivi la même logique. La Snep y a contribué en apportant 43,3 MDH additionnels, suivie de la SCE (+29,2 MDH) et Colorado (+8,1 MDH), alors que Maghreb Oxygène a plutôt amputé cet élan de croissance de 13,6 MDH.

Son activité ayant, pour rappel, reculé de 6,5% suite à des difficultés commerciales dues à une concurrence «exacerbée et déloyale» qui a imposé une contraction des prix.Quant à l’exploitation, la star de l’année s’appelle «SCE» : celui qui pèse le moins en termes de chiffre d’affaires est, en effet, le seul à avoir amélioré son résultat opérationnel en 2011. Si sa contribution (+21,7 MDH) permet de compenser les reculs de Colorado (-7,7 MDH) et de Maghreb Oxygène (-13 MDH), le retrait de la SNEP (-34,7 MDH) impacte lourdement la croissance du résultat d’exploitation du secteur coté. Celui-ci flanche de 15%. 

Côté bénéfices nets, la dégringolade était deux fois plus rapide : -30,1% plus exactement, en cédant 47 MDH ! Là aussi, c’est la Snep -dont le résultat net a reculé de près de 40 MDH- qui a le plus contribué à l’inflexion de la croissance bénéficiaire sectorielle.

Le pétrochimiste a souffert des importations massives de PVC à des prix dumping, du renchérissement de ses coûts d’approvisionnement suite à la crise en Libye, d’une dotation financière sur les titres Snep auto détenus, d’une provision pour dépréciation des stocks et, comme si ce n’était pas suffisant, du retour au taux d’IS normal, après l’expiration de l’avantage fiscal lié à l’introduction en Bourse. La marge nette du secteur en pâtit et perd 2,6 points.