Le compartiment des holdings tiré par la locomotive Delta Holding

Les holdings cotés à  la Bourse de Casablanca avancent en ordre dispersé. En effet, les deux seuls «rescapés» depuis le retrait de Sni et Ona affichent des performances des plus contrastées.

Les holdings cotés à la Bourse de Casablanca avancent en ordre dispersé. En effet, les deux seuls «rescapés» depuis le retrait de Sni et Ona affichent des performances des plus contrastées. Car, si du côté de Delta Holding l’heure est à la croissance solide et équilibrée, il en va tout autrement chez Zellidja.

Il faut dire que cette dernière est un holding très concentré, sur deux filiales, en l’occurrence Fenié Brossette et la Société de fonderie de plomb de Zellidja (SFPZ), à telle enseigne que le moindre éternuement chez ces deux sociétés suffit à enrhumer la maison mère.Et c’est ce qui est arrivé en 2011 avec un résultat net social qui a dévissé de 48%, à 39,1 MDH. Les comptes consolidés du holding auraient jeté une lumière plus éclairante sur l’évolution de l’ensemble, mais ils ne sont apparemment pas encore à l’ordre du jour de la communication financière de la filiale du groupe Somed.Quant à Delta Holding, dont les états consolidés aux normes IFRS reflètent le comportement assez homogène d’un périmètre de consolidation de pas moins de 26 filiales opérant dans des domaines d’activité assez variés, il a signé un excellent millésime à l’issue de l’exercice précédent, à peine légèrement entaché par un repli de 1,4 point de la marge nette.

Mais vu l’écart de la taille entre les deux structures, qui tourne en faveur de la locomotive Delta Holding, avec un rapport de 3,4 en total du bilan social et 4,3 en produits de participations (pour ne comparer que ce qui comparable), la performance globale du secteur s’inscrit en forte hausse, aussi bien en chiffre d’affaires agrégé qu’en résultat d’exploitation. Seul le résultat net agrégé recule de 4,2%, à 289 MDH en étant impacté davantage par l’écroulement du challenger que par la petite progression du leader.En attendant d’avoir d’autres représentants, le compartiment des holdings cotés restera polarisé entre ces deux profils très différents.