La Snep pà¢tit des importations massives de PVC

Le PVC importé et écoulé à  des prix bas sur le marché national a tiré l’activité et les résultats du plasturgiste à  la baisse. La société attend l’application des mesures de sauvegarde.

Année 2009 difficile pour le  fabricant de PVC Snep. L’activité et les résultats de cette filiale d’Ynna Holding sont en net repli par rapport à 2008 suite à une concurrence que le management de la société qualifie de déloyale, caractérisée par des importations massives de PVC et la pratique de prix bas sur le marché.
Le chiffre d’affaires de la Snep s’est établi à 792 MDH en 2009, en baisse de 18% par rapport à 2008. Ce recul résulte principalement de la contraction des prix de vente de 23% pour la résine de PVC et de 18% pour le Compound de PVC pour s’aligner sur la concurrence.
Le résultat d’exploitation a, lui, connu un repli moins important (-14,8%), s’établissant à 88,7%. Malgré la baisse des prix de vente et l’augmentation de 18% du coût de l’électricité à partir de  mars 2009, la société a pu limiter les dégâts grâce à une meilleure optimisation des charges opérationnelles. Ceci a permis à la marge d’exploitation de gagner 0,4 point, à 11,2%.
Cela dit, le résultat net de la Snep marque un retrait de plus de 55%, passant de 142 MDH en 2008 à 63,4 MDH en 2009. Outre l’impact des éléments cités ci-haut, cette dégradation provient aussi de la constatation en 2008 d’une plus-value de 57 MDH réalisée suite à la cession de 12,5% du capital de Dimatit. Retraitée de ce revenu exceptionnel, la baisse du bénéfice net se limite à 36%.
Pour ce qui est des perspectives, la Snep attend la décision du ministère du commerce extérieur relative à l’application des mesures de sauvegarde à l’encontre des importations massives de PVC. En attendant, la société poursuivra ses efforts d’amélioration de sa compétitivité, notamment en maintenant son projet d’extension de capacité qui devrait être opérationnel en 2010 et pour lequel une enveloppe de 250 MDH a déjà été engagée.