Agma Lahlou Tazi : Bon cru pour la filiale courtage de Sni

Le courtier retrouve le chemin de la croissance après 3 ans de léthargie. Ses marges demeurent parmi les plus élevées de la cote et confirment son statut de valeur de rendement.

Après trois ans d’érosion commerciale et d’écrêtement de marges, Agma Lahlou Tazi (ALT) rassure les investisseurs en 2011, notamment ceux qui ne donnaient pas cher de sa peau face à la nouvelle concurrence venue des mastodontes bancaires. En effet, la filiale de Sni arrive à reprendre du poil de la bête  tout en préservant ses marges, voire en les améliorant légèrement.

Aussi, les primes collectées ont rebondi de 7,1%, à 1,18 milliard de DH, contre une évolution d’à peine 2,8% en 2010. Ce que le chiffre d’affaires ne reflète que partiellement au regard de la pression sur les commissions accordées par les assureurs, et ce, en progressant de 4,4%, à 107,8 MDH. La marge opérationnelle, pour sa part, s’améliore très légèrement pour atteindre 52,4%, sans retrouver le niveau d’avant 2008 (plus de 56%). Mais il faut dire que dans un métier très peu capitalistique et dans un contexte concurrentiel des plus tendus, une telle performance fait déjà saliver bon nombre de sociétés de services cotées. Dans ce sillage, le résultat d’exploitation s’apprécie de 5,2% pour s’établir à 56,5 MDH.

Quant au résultat financier, il profite d’un meilleur rendement des confortables excédents de trésorerie du courtier pour se hisser de 16,6%, à 4 MDH. Un étage bienvenu qui s’est greffé à la performance opérationnelle pour apporter au niveau du résultat net une surélévation de 7%, à 43,3 MDH, et permettre à la marge nette de refranchir à nouveau la barre stratosphérique des 40%  contre 39,2% en 2010.

Il n’en fallait pas plus pour convaincre le Conseil d’ALT de proposer aux actionnaires un rebond du dividende après une baisse de 10% en 2010. Ils devraient ainsi s’attendre à une généreuse rétribution de 215 DH par action, soit une augmentation de 7,5% et un taux de distribution du bénéfice de 99,3%.