Acred, peu de perspectives sans taille critique

Entre faible croissance et remontée du risque de crédit, Acred décide de piocher dans ses réserves pour maintenir la rémunération de l’actionnaire alors que le bénéfice recule.

Dans un contexte de faible croissance conjuguée à une hausse substantielle du coût du risque, la filiale d’Axa Assurances Maroc ne peut que constater les dégâts sur sa rentabilité. En effet, dans le sillage d’un effort important de provisionnement pour créances en souffrance, ayant hissé les dotations de l’année à 7,6 MDH (contre -3,8 MDH en 2008 où les reprises étaient exceptionnelles), le bénéfice net n’a pas échappé à la baisse (-11,1%, à 27,1 MDH) ni la rentabilité des fonds propres (ROE) qui a cédé deux points pour s’établir à 16,4%. Il faut dire que les prémices d’une année difficile remontent plus en amont avec une hausse de la production limitée à 3%, soit 834 MDH. Ce qui, dans un environnement de renchérissement des coûts de refinancement (resserrement des liquidités bancaires oblige) avec des intérêts et charges assimilées qui bondissent de 33%, rend difficile la préservation de la marge proprement bancaire. D’où un PNB qui progresse de seulement 2,8%, à 104,5 MDH.
Quant à la productivité, elle accuse, à son tour, le coup avec un coefficient d’exploitation qui repasse au-dessus de la barre de 50% (51% contre 49,4% un an auparavant), soit un des plus mauvais du secteur. Ce qui aboutit à une stagnation du résultat brut d’exploitation, à 52,2 MDH.
In fine, le conseil d’administration d’Acred décide de soumettre à l’AGO le maintien du dividende à son niveau des deux dernières années, soit 47 DH par action, ce qui correspond à une distribution de réserves en sus de la totalité du bénéfice.     
Au demeurant, Acred continue d’incarner toutes les difficultés d’un opérateur qui n’a pas atteint la taille critique, n’est pas adossé à un réseau bancaire (pour des synergies de distribution) et n’est point un acteur de niche. D’où un sérieux défi pour l’actionnaire de référence et un flottant en Bourse des plus réduits.