Fin d’année : les hôtels comptent sur les nationaux et les arrivées de dernière minute

Les hôteliers multiplient les promotions pour attirer la clientèle. Les prix ont fortement baissé : 350 DH pour une suite dans un 5* à  Marrakech. Des hôteliers affirment n’avoir aucune visibilité sur les jours qui viennent.

Les hôteliers ont sorti les gros moyens pour attirer le maximum de clients durant la dernière semaine de décembre, soirée du Nouvel An comprise. Les promotions fusent de partout et pour toutes les destinations touristiques. A commencer par la station Mazagan qui propose pour la période du 12 au 29 décembre la chambre double à 1 850 DH (pour parents et enfants de moins de 12 ans), avec possibilité d’accéder gratuitement à des activités de loisirs et de détente. Durant cette période, la station abrite différents spectacles de vedettes nationales et étrangères pour inciter leurs fans à rappliquer.
La formule est aussi présente à Marrakech où de grandes enseignes proposent des séjours à des prix défiant toute concurrence, car de l’avis de la majorité des professionnels interrogés, ce mois de décembre 2011 sera l’un des plus mauvais en termes de remplissage depuis fort longtemps. A tel point que, à quelques jours du week-end du 31 décembre, les hôteliers disent tous ne pas avoir de visibilité sur les réservations. Certes, explique l’un d’eux,  la plupart des hôtels feront le plein le week-end de la fin de l’année, mais ce sera avec des arrivées de dernière minute et avec le renfort des nationaux. A l’heure actuelle, l’hôtel Eden Andalou, un 5* ciblant les familles propose la suite à 350 DH pour la période allant de décembre au 26 février. Son propriétaire affirme qu’à ce jour, seulement 80 chambres sur les 250 que compte l’établissement sont occupées.

Les nationaux dépassent désormais les Français à Agadir

Chacun met donc en œuvre ses recettes propres pour s’en sortir. Par conséquent, l’alignement des prix qu’on pouvait constater chez les établissements d’une même catégorie a disparu. La chambre double dans un 5* «normal» avec petit-déjeuner est vendue entre 500 DH et 800 DH, soit le prix d’un 4, voire 3*, en temps normal. Dans ce type d’hôtels, le prix du dîner pour la Saint-Sylvestre est proposé entre 600 et 800 DH. Soit la même fourchette de prix que dans un restaurant en ville.
A Agadir, le président du Conseil régional du tourisme, Abderrahim Oumani, ne cache pas non plus que la situation est difficile. A fin novembre, les arrivées avaient stagné et les nuitées avaient baissé de 7%. Pour les fêtes de fin d’année, M. Oumani dit n’avoir aucune visibilité : «Les réservations tombent au jour le jour». Mais, là encore, on compte sur les nationaux qui, pour cette destination, représentent aujourd’hui 30% des arrivées, dépassant même les Français dont la part est tombée de 33% en moyenne à 27%.