Fagor envisage d’ouvrir une autre usine au Maroc

Le projet est actuellement à l’étude, une décision devrait être prise d’ici six mois

Le constructeur préférerait Mohammédia à Tanger Med

Le chiffre d’affaires au Maroc s’est élevé à 409 MDH en 2007 pour une part de marché de 23%.

«Nous étudions les diverses alternatives afin de faire évoluer notre outil industriel au Maroc», a confié Fabian Bilbao, directeur général de Fagor Extra Electroménagers, lors de la restitution des résultats financiers du groupe à Bilbao, mercredi 16 avril. Le manager estime qu’il faudra attendre encore au moins six mois avant qu’une décision finale ne soit rendue.

«Nous sommes allés visiter le site de TangerMed, mais nous préférerions plutôt demeurer dans les environs de Mohammédia, là où se situe notre première usine», poursuit-il. Il est pour l’instant impossible d’en savoir plus. Ce qui est sûr, c’est que le groupe espagnol suit de près les discussions autour de l’augmentation du Smig au Maroc. «Les deux grands atouts du Maroc, pour notre société, sont la proximité géographique et le coût de la main-d’œuvre. Évidemment, nous suivons ce dossier de près», a-t-il commenté.

Ses propos trouvent d’ailleurs écho auprès de Jean de Poncins, DG de Fagor Maroc. «Nous sommes dans une phase de croissance et le Maroc est un pays stratégique. Le marché de l’électroménager est cependant très concurrentiel, nous restons attentifs», indique-t-il.

En attendant, le top management de Fagor a qualifié les résultats de 2007 de «satisfaisants». Le chiffre d’affaires pour cette année a atteint les 409 MDH. «La croissance de notre filiale est de 8 %, alors que celle du marché est de 7%. Nous estimons nos parts de marché à 23%», commente M. de Poncins. Selon lui, des performances importantes ont été enregistrées en froid et en lavage. La société admet, à ce titre, que le programme d’électrification rurale généralisée a donné un sérieux coup de pouce à ce marché.

La machine à laver frontale de 8 kg est une innovation du groupe qui semble, selon la direction, remporter un franc succès au Maroc. D’ailleurs, le marché du froid aurait quelque peu stagné au profit de celui du lave-linge pendant la dernière année. Les Marocains semblent craquer pour la ligne encastrable de Fagor. «Nous sommes les leaders sur le marché national», indique-t-il. Les familles du petit électroménager et du confort connaissent, elles aussi, une excellente évolution».

La filiale marocaine a consacré l’an dernier quelque 10 millions de DH aux investissements, essentiellement industriels. Bien qu’elle n’en soit encore qu’à ses débuts, l’activité exportation de l’usine de Mohammédia représente aujourd’hui environ 10% du chiffre d’affaires de Fagor Maroc.

Pour rappel, l’usine de fabrication de réfrigérateurs Fagor a été implantée à Mohammédia en 1995. Elle emploie actuellement plus de 200 personnes.

En Europe, la crise de l’immobilier, notamment, a quel-que peu ralenti les ventes. S’étant engagé dans une politique d’investissements intenses depuis 2004, Fagor n’a donc pas battu de record cette année. Le chiffre d’affaires a, tout de même, atteint 1,75 milliard d’euros (19,6 milliards de DH), et les bénéfices 13,4 millions (150 MDH). Ces résultats consolident le groupe en tant que cinquième fabricant européen du secteur.

Multiplication des alliances à l’international
Fagor Extra Electroménagers multiplie aussi les alliances, notamment en Russie et en Chine. En effet, l’internationalisation est au cœur de sa stratégie de développement. En Russie, un joint-venture a été établi avec la société Mabe, dont le siège est situé au Mexique.

«L’objet principal est le montage, l’importation et la commercialisation d’appareils électroménagers domestiques, ainsi que leur distribution sur le marché russe», explique le management. Le lancement de l’activité est prévu pour mai 2008, et les prévision de ventes sont de 110 millions de dollars, soit près de 800 MDH, dès la cinquième année.

En Chine, des joint-ventures ont été signés avec Aosmith Gas Appliance Co. Ltd et le Groupe Vaillant. Le premier concerne les chaudières dont le lancement de la fabrication est prévu pour le second semestre de 2008. L’objectif est d’atteindre une capacité de production annuelle de 50 000 unités au bout de cinq ans.

Le Groupe Vaillant sera, quant à lui, impliqué dans la fabrication d’appareils de chauffage, dont la distribution sera orientée vers l’Europe de l’Est, la Russie et l’Ukraine, notamment. Les deux partenaires prévoient de fabriquer 120 000 appareils par an.