Exportations de tapis : objectif 500 000 m2 en 2012

La fabrication locale veut redorer son blason avec Tissli, une nouvelle marque
lancée au début de
l’année
Cinq entreprises sont sélectionnées pour
sa fabrication qui commencera dès juin.

Le ministère de l’artisanat tente de relancer les exportations de tapis avec un objectif de 500 000 m2 à  l’horizon 2012. Pour ce faire, cinq entreprises déjà  identifiées, situées à  Rabat et Kénitra, devront, dès la fin de juin prochain, démarrer la production du tapis “Tissli” (fiancée en amazigh), unemarque lancée au début de l’année et une campagne de promotion autour de cettemarque seramenée par laMaison de l’artisanat. Les premiers tapis seront exposés au Salon deHanovre, en Allemagne, en 2008.

«Les entreprises devront utiliser des fibres de laine marocaine qui donnera du ressort et des fibres de laine importée qui donneront aux tapis un aspect soyeux», explique-t-on au ministère de l’Artisanat.Un designer français assistera deux designersmarocains, et des experts asiatiques dans les métiers d’anoblissement des tapis serontmis à  contribution. Les cinq entreprises, sélectionnées sur la base d’un cahier des charges précis, devront devrontmettre en place un service commercial et améliorer, dans les trois prochaines années, les conditions de travail des noueuses – dont les salaires ne dépassent pas aujourd’hui 700 DH par mois – en leur accordant au minimum le Smig.

Le prix du tapis devrait passer de 20 à  80 euros le m2

La stratégie commerciale, qualifiée d’agressive, tablera sur la diversification des débouchés. Ainsi, de nouveaux pays comme la France, l’Italie, l’Espagne, laGrande-Bretagne et le Bénélux viendront s’ajouter aumarché allemand, jusqu’ici destination exclusive des tapis marocains.

qu’un seul type de produit, le manufacturé s’apparentant à  une haute laine, souvent de couleur unie. Ces exportations, explique-t-on auministère de l’artisanat, n’étaient soutenues par aucune stratégie commerciale ou marketing. Dès la fin des années 80, le tapismarocain a fait les frais d’un changement de tendance sur lemarché allemand qui lui a préféré le tapis asiatique, iranien ou népalais. La situation s’est aggravée car la chute du volume des exportations s’est accompagnée de celle des prix. Le tapis marocain se vend entre 20 et 18 euros/m2 alors que le népalais se négocie entre 30 et 160 euros le m2 et l’iranien à  250 euros le m2. D’ailleurs, une des composantes de la nouvelle stratégie a été de repositionner le tapis marocain en gamme en portant son prix entre 70 et 80 euros/m2.