Exportations d’agrumes: le système de régulation sera reconduit

Les professionnels veulent se prémunir contre la chute des prix. Ils restent optimistes, même si un léger recul de la production est attendu.

La campagne d’exportation d’agrumes 2015-2016 vient de démarrer. Les premières cargaisons de clémentines précoces  sont parties. Suivront d’autres variétés de petits agrumes (Nour, Navel…). Toutefois, l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (Aspam) n’avance, pour l’heure, aucune prévision quant aux expéditions d’agrumes. Un état des lieux prévisionnel devrait être établi au cours de la semaine prochaine. En attendant les prévisions de l’Aspam, les professionnels du secteur soulignent que cette campagne sera marquée par la reconduction du système de régulation, mis en place durant la campagne 2014-2015, et qui ciblait le marché russe afin d’éviter la chute vertigineuse des prix qui avait fortement pénalisé les exportateurs marocains. Ce système consiste à envoyer dans chaque marché les quantités idoines en vue d’optimiser les prix. Le Maroc, comme chaque année, sera  en concurrence avec d’autres pays producteurs tels que l’Espagne, la Grèce, l’Italie, l’Egypte et la Tunisie.

La régulation étendue au Canada et aux Etats-Unis

Pour l’actuelle campagne, la régulation sera étendue aux marchés de l’Amérique du Nord ( le Canada et les Etats-Unis ). Par ailleurs, le secteur compte également, pour cette campagne, se repositionner sur le marché de l’Union Européenne sur lequel les exportations d’agrumes connaissent un repli depuis dix ans.

Au-delà de ces orientations stratégiques, on signale dans le secteur que la production d’agrumes subira certainement une sensible baisse durant cette campagne 2015-2016 due aux fortes chaleurs dans la région de Souss qui représente 50% de la production et de l’exportation des agrumes. Il est trop tôt, dit-on dans le secteur, pour avancer des estimations précises, mais l’on retiendra, qu’en dehors de Berkane, une grande partie des régions de production a été affectée, en l’occurrence le Souss et le Haouz, Béni-Mellal et le Gharb. En 2014-2015, la production avait aussi reculé eu égard aux mauvaises conditions météorologiques (faible pluviométrie en début de saison suivie d’inondations à mi-parcours). Elle était estimée à 1,9 million de tonnes, toutes variétés confondues, contre 2,2 millions pour la campagne précédente.