51 stations déclarées non conformes pour la baignade au Maroc

Ces 51 stations sont réparties sur 23 plages appartenant à cinq régions côtières, à savoir Tanger-Tétouan-Al Hoceima (25), Rabat-Salé-Kénitra (11), Casablanca-Settat (11), Souss-Massa (03) et Dakhla-Oued Ed-Dahab (01).

Près de 12% des plages du Maroc viennent d’être classifiées « non conformes » à la baignade contre 88% des plages qui ont reçu la certification de « conformité ». C’est ce qui ressort du rapport du ministère de la Transition énergétique et du développement durable sur les eaux de baignade pour 2022.

« Sur les 493 stations de prélèvements, seules 430 ont fait l’objet d’un nombre suffisant de prélèvements pour le classement. Ainsi, 379 stations (soit 88,14%) ont été déclarées de qualité microbiologique conforme aux exigences de la norme marocaine NM.03.7.199 », précise le rapport sur « la surveillance de la qualité des eaux de baignade et du sable des plages du Royaume » pour son édition 2022, dont les résultats ont été présentés lors d’une conférence de presse à Rabat.

Par ailleurs, 51 stations (soit 11,86%), déclarées non conformes pour la baignade au titre de l’année 202, « subissent l’influence des rejets d’eaux usées et/ou forte concentration de baigneurs, conjuguées à l’insuffisance des infrastructures d’hygiène et aussi aux changements climatiques, particulièrement en ce qui concerne les apports en eaux pluviales parfois polluées qui rejoignent directement les plages par le biais des cours d’eau », selon les résultats de ce rapport.

Ces 51 stations sont réparties sur 23 plages appartenant à cinq régions côtières, à savoir Tanger-Tétouan-Al Hoceima (25), Rabat-Salé-Kénitra (11), Casablanca-Settat (11), Souss-Massa (03) et Dakhla-Oued Ed-Dahab (01).

Le taux de conformité des eaux de baignade « a maintenu une stabilité depuis 2017 », lit-on dans le document qui relève une hausse de la catégorie « suffisante » durant l’année 2021 en comparaison avec les années précédentes.