Lydec renforce son dispositif de prévention contre la corruption

Dans le cadre de sa démarche de responsabilité sociétale, Lydec a mis en place un système de management anti-corruption (SMAC), selon le référentiel ISO 37001.

Adoptée en tant que norme marocaine en août 2017, cette norme couvre les risques de corruption dans les secteurs public, privé et sans but lucratif, y compris la corruption par et à l’encontre d’un organisme ou de son personnel.

A travers cette démarche, Lydec a choisi d’intégrer toutes ses parties prenantes pour mener un travail collectif de nature à renforcer son dispositif de prévention contre la corruption, tout en contribuant, à son niveau, à la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption.

Dans un communiqué, Jean-Pascal Darriet, directeur général de Lydec a mis en exergue «le rôle important à jouer de Lydec pour respecter et faire respecter ses engagements éthiques, dont notamment ceux en matière de lutte contre la corruption», tout en rappelant que «le système de management anti-corruption déployé offre un cadre pour structurer les actions. Tous les moyens pour faire vivre ce système seront mis en place. Il permettra de partager une vision commune afin d’être à la hauteur du capital confiance qui nous est accordé, en érigeant, au quotidien, l’éthique et la lutte contre la corruption au rang de priorité absolue», a t-il précisé.

La société en charge de la distribution d’électricité, d’eau potable et d’assainissement a également mis en place un guide anti-corruption qui a pour but de mettre en exergue les situations potentiellement à risque éthique les plus fréquentes (cadeaux, invitations, conflits d’intérêts, paiement de facilitation et recrutement).