Enfin un service de taxis aux normes pour l’aéroport Mohammed V

Un vaste projet de mise à  niveau est enclenché. Un budget de 80 MDH sera mobilisé dans un premier temps. Parking dédié, tenue du chauffeur respectable, encouragement des véhicules écologiques…

Les grands taxis desservant l’aéroport Mohammed V ont-ils décroché le jackpot? En tout cas, les autorités de la région du Grand Casablanca et les ministères de l’intérieur, de l’environnement, des finances et l’ONDA préparent le lancement d’un ambitieux projet de «mise à niveau du transport par taxi entre l’aéroport et la ville de Casablanca». Il en découlerait la mise en place de nouvelles aides au profit des propriétaires de taxis pour l’utilisation de véhicules «écologiques». Une convention entre les différentes parties vient en effet d’être ratifiée par le Conseil de la région. Parmi les mesures qu’elle prévoit, on trouve la création d’un fonds régional de 80 millions de DH mobilisés par le ministère en charge de l’environnement et la région du Grand Casablanca, devant servir à financer les aides qui seront octroyées. Le ministère devrait injecter sa part, 40 MDH, en 2016, après son intégration au prochain budget du département.Quant à la région, elle devrait miser dès cette année 20 MDH pour activer le fonds, en attendant de rajouter 20 autres millions l’année prochaine.

Ces nouvelles aides viendront en plus de celles déjà accordées pour le renouvellement des grands taxis à l’échelle nationale et dont le montant s’établit à 80000 DH par véhicule. D’un point de vue fonctionnel, c’est la wilaya du Grand Casablanca qui se chargera de la gestion du système des aides à travers la mise en place d’un guichet unique pour faciliter les procédures administratives de traitement des dossiers. Pour ce qui est du montant qui reviendra à chaque taxi, la wilaya est appelée, selon les dispositions de la convention, à le définir une fois que le fonds sera effectif. Elle devrait également veiller à définir les modalités pratiques pour en bénéficier, ainsi que les véhicules qui seront autorisés comme «véhicules écologiques». En principe, la liste des véhicules ne devrait pas être très différente de celle en vigueur pour le programme de renouvellement national des grands taxis, vu que les véhicules en question disposent déjà de certaines caractéristiques exigées, notamment en matière de consommation optimisée de carburant.

Au-delà de l’aspect financier, le projet inclut également l’aménagement d’un espace dédié aux taxis au niveau de l’aéroport. Cette gare sera réalisée par l’ONDA et inclura, en plus du parking de stationnement, un centre de notation des taxis. En contrepartie de tous ces avantages, les propriétaires de taxis devront respecter un nouveau cahier des charges dont l’élaboration se fera en concertation entre eux et les autorités. Parmi les dispositions que ces dernières souhaitent mettre en place, il y en a certaines qui touchent directement le comportement des chauffeurs et leurs tenues vestimentaires.