Enfin la préférence nationale pour les matériaux de construction

Les promoteurs s’engagent à  s’adresser, en priorité, aux fabricants nationaux pour satisfaire leurs besoins dans le cadre de leurs projets immobiliers. Les industriels appelés à  faire un effort pour améliorer la distribution des produits et leur conformité aux normes.

Les promoteurs immobiliers et les industriels des matériaux de construction se décident enfin à unir leurs forces. Ils viennent de signer une convention qui engage les développeurs, réunis sous la bannière de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (FNPI), à «s’adresser, en priorité, aux fabricants nationaux des matériaux de construction pour satisfaire leurs approvisionnements en produits de construction dans le cadre de leurs projets immobiliers». Une sorte de préférence nationale très opportune pour les industriels, sachant qu’une grande partie des intrants utilisés par les promoteurs est importée, assure David Toledano, président de la Fédération des industriels des matériaux de construction (FMC).

A vrai dire, tout dépend de la phase de réalisation dont il est question. Au niveau des gros œuvres, les produits de fabrication locale sont relativement bien représentés. Le ciment utilisé par les promoteurs est à 100% marocain quoique l’on constate quelques tentatives d’importation de ce matériau, note M. Toledano. Idem pour l’acier, le taux d’utilisation de la production nationale est estimé à 60% par les professionnels. Mais ces ratios chutent sensiblement lorsque l’on passe au second œuvre. Par exemple, «près de

800 000 m2 de marbre sont importés alors que ce matériau est largement disponible localement», illustre le président de la FMC. Il en est de même pour les sanitaires, produits en céramique ou en bois, robinetterie ainsi que divers accessoires qui sont largement satisfaits à travers l’importation. Pour que la convention profite à tous les chaînons, il y est précisé que la préférence nationale s’applique à «tous les produits susceptibles de participer et d’équiper les projets tout au long de leur réalisation».

Avec 85 000 logements construits par an, le potentiel est énorme

Sachant que les promoteurs immobiliers produisent actuellement près de 85 000 logements par an, le potentiel pour les industriels des matériaux de construction est conséquent. Mais en contrepartie, ceux-ci doivent concéder des efforts de restructuration. La convention engage en effet les industriels à «mettre sur le marché, de façon régulière et continue et à maintenir en qualité et en quantité les matériaux et produits de leur fabrication au meilleur prix et en conformité avec les normes en vigueur». Les fabricants nationaux disent avoir déjà concédé d’importants efforts sur les prix.

Les spécialistes des produits en bois mettent par exemple en avant des portes dont les tarifs sont abaissés aujourd’hui à moins de 700 DH. C’est sur les registres de la conformité aux normes et de la disponibilité des produits que des efforts d’amélioration restent à faire. Avec la montée de l’informel, la normalisation est un véritable défi pour la FMC. Mais il s’agit d’un chantier incontournable vu que le projet de Code de la construction, actuellement en voie de finalisation au niveau du ministère de l’habitat, renforce la place des normes dans la construction.

Un grand apport du futur cadre consiste à interdire purement et simplement l’usage de matériaux non couverts par la normalisation. Pour ce qui est de garantir la disponibilité des produits, mettre de l’ordre dans les circuits de distribution est un préalable. «Ceux-ci ont été grandement désorganisés sur les dernières années, induisant le développement d’un modèle anarchique avec un approvisionnement direct des promoteurs auprès des usines ou à l’import», explique à ce titre M. Toledano. Hormis la préférence nationale pour les matériaux de construction, la convention signée par la FMC et la FNPI engage les deux fédérations à œuvrer ensemble pour le développement et la promotion de la qualité et pour le respect des normes et réglementation dans le secteur de l’habitat.

Il s’agit également d’organiser des rencontres d’affaires et d’information portant sur des thématiques d’intérêt commun. Enfin, engagement est pris par les deux parties d’encourager l’échange d’innovations et la R&D en termes de fabrication de matériaux de construction et de favoriser l’information et la formation pour la mise en œuvre de ces produits. Les deux fédérations ont par ailleurs convenu de mettre en place une commission de suivi de l’application de la convention dont la durée de validité est indéterminée.