Energies renouvelables et efficacité énergétique : l’UE débloque 10 millions d’euros pour le Maroc

Cette enveloppe est une contribution à  la construction de trois instituts de formation à  Oujda, Tanger et Ouarzazate. Y seront dispensées une formation continue pour les salariés d’entreprises du secteur et une formation initiale longue et courte.

Dix millions d’euros, soit 109 MDH, c’est la contribution de l’Union européenne au financement du Programme de création des instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (IFMEREE). Ce montant représente 37% du budget (284 MDH) prévu pour la construction d’infrastructures d’accueil, de formation et d’hébergement pour trois instituts de formation professionnelle prévus à Oujda, Tanger et Ouarzazate, l’équipement de leurs plateaux techniques, l’assistance technique pour l’élaboration des programmes et la formation des formateurs et du personnel d’encadrement. Ce projet, qui fait l’objet d’une coparticipation du gouvernement marocain, de l’Agence française de développement (AFD), de la GIZ et de l’UE, s’inscrit dans le cadre de l’initiative Facilités d’investissement voisinage (FIV). La convention de financement a été signée, lundi 12 octobre, à Rabat, par Mohammed Boussaid, ministre de l’économie et des finances, Miguel Arias Canete, commissaire européen en charge de l’action pour le climat et l’énergie, et Khalid Berjaoui, ministre délégué auprès du ministre de l’éducation nationale et de la formation professionnelle.

A terme, il est prévu la mise en place d’un réseau de centres de formation modernes et flexibles d’une capacité d’accueil de 1 000 stagiaires par an pour chaque institut, ainsi que le développement d’une offre de formation de qualité dans six filières orientées vers les besoins du monde des entreprises dans le secteur des énergies renouvelables (technicien en exploitation, maintenance d’éoliennes, matériel solaire thermique et photovoltaïque, électricité solaire thermodynamique, efficacité énergétique, gisement du biogaz).

Ces centres devront diplômer 900 personnes par an à partir de 2018

Deux types de formation seront dispensés : une formation continue pour les salariés d’entreprises du secteur et une formation initiale longue (formation diplômante de deux ans) et courte (formation qualifiante de quelques mois) dans laquelle les entreprises pourront également inscrire leurs salariés. Le nombre de lauréats qualifiés par an devrait atteindre 900 à partir de 2018. De par son appui, l’UE entend accompagner la mise en place de la nouvelle stratégie de formation professionnelle du Maroc à l’horizon 2021. Ce soutien européen s’intègre dans la vision stratégique pour l’énergie, qui prévoit le renforcement de la capacité de production électrique et le développement de l’efficacité énergétique.