Energie électrique de Tahaddart porte son capital à  745 MDH

301 MDH d’augmentation

La station sera pleinement opérationnelle début avril.

Aquelques semaines du début de l’exploitation commerciale de la centrale électrique de Tahaddart (EET) prévu en avril, les trois actionnaires, en l’occurrence l’Office national de l’électricité (48 %), l’Espagnol Endesa (32 %) et le constructeur allemand Siemens Project Ventures (20 %), honorent leurs engagements vis-à-vis du gouvernement marocain. Conformément à la convention signée en décembre 2002, ils ont augmenté le capital d’Energie électrique de Tahaddart, société de droit marocain, de 301 MDH.
Cet apport d’argent frais vise à atteindre le ratio convenu de 25 % en autofinancement d’un projet qui a déjà coûté près de 3 milliards de DH pour un investissement qui devrait atteindre, à terme, plus de 4,6 milliards de DH.
Avec cette opération, le capital d’EET s’est hissé à 657,5 MDH en attendant d’être porté à 745 millions. Quant au reste du financement, il provient d’un prêt de 1,3 milliard de DH, octroyé exclusivement par le Groupe Banques Populaires, et d’une autre tranche consortialisée de près de 1 milliard de DH, accordée par BMCE Bank, le Crédit Agricole et la BCP.
Rappelons que ce joint-venture bénéficie d’un droit de jouissance de 20 ans, pendant lesquels toute l’énergie produite par la centrale sera enlevée et achetée par l’ONE dans le cadre du décret-loi de 1994 introduisant la production concessionnelle. D’une puissance de 384 mégawatts, la première centrale thermique à cycle combiné (alimentée par gaz naturel) du Maroc, inaugurée le 19 janvier 2005, permettra de satisfaire 17 % de la demande nationale actuelle, avec de hautes performances technico-économiques. Concrètement, le rendement énergétique du cycle est de 56 %, très nettement au-dessus de celui des cycles simples des centrales thermiques classiques qui atteignent au mieux 40 %. L’alimentation en gaz naturel de la centrale est assurée par une bretelle d’une longueur de 13 km reliée au gazoduc Maghreb-Europe acheminant le gaz algérien en Europe via le Maroc.

A partir de début avril, la centrale fournira 17% des besoins du pays en énergie électrique.