En six mois d’activité, Marionnaud Maroc réalise un chiffre d’affaires de 11 MDH

Compte tenu de l’importance des investissements, l’entreprise a présenté un résultat d’exploitation de -8,3 MDH

Les propriétaires prévoient 50 MDH en rythme de croisière.

Alors que l’année 2004 a dégagé un parfum de crise pour la maison-mère française, rachetée par le groupe chinois AS Watson, leader asiatique du secteur de la vente des produits de beauté, parfums et produits d’hygiène, Marionnaud parfumeries Maroc (MPF) affiche des résultats encourageants à l’issue de son premier exercice. En six mois d’activité seulement (juillet à décembre), le chiffre d’affaires s’est élevé à près de 11 MDH.
Les parfumeurs locaux, constitués essentiellement en petits commerces, avaient donc raison d’appréhender l’installation du parfumeur en anticipant son avantage certain auprès des grandes marques de parfum qui privilégient des points de vente de gros calibre et mieux structurés (rayonnement, merchandising …).

Le chiffre du premier trimestre 2005 totalise 5,5 MDH
Pour la société-mère, l’investissement marocain est assurément une réussite qu’il s’agit de concrétiser par un chiffre d’affaires prévu pour atteindre, en rythme de croisière, 50 MDH. La performance du premier trimestre de l’année en cours corrobore cette vision optimiste puisque le chiffre d’affaires, à fin mars 2005, a atteint 5,5 MDH. Ce qui, corrigé de l’effet de saisonnalité, permet d’espérer une recette annuelle de près de 30 MDH. Logiquement, la société dont le capital est détenu à hauteur de 45 % par des partenaires locaux, parmi lesquels Idriss Khellafi, ex-champion de kick-boxing, devrait rapidement devenir profitable, même si les investissements de départ, notamment les immobilisations corporelles d’un montant de 20 MDH et le coût de la formation pèsent lourdement sur le compte d’exploitation, arrêté à -8,3 MDH au terme de l’exercice 2004.
Le point de vente casablancais, qui couvre une superficie de 1 200 m2 répartis en parfumerie et salons de soins esthétiques pour femmes et hommes, peut en effet s’appuyer sur son statut de plus grand centre de beauté au Maghreb et sa capacité à fournir pratiquement toutes les grandes marques de parfum et de cosmétiques.
Reste qu’il faudra une communication plus agressive pour mieux attirer le chaland dans un marché fortement atomisé

1 200 m2 répartis entre parfumerie et salons de soins.