Elevage pastoral: La modernisation des activités de transhumance en marche

L’aménagement et la mise en valeur des parcours et la régulation des flux des éleveurs transhumants est au cœur des priorités du département de l’Agriculture.

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme National dédié à cette activité, et la mise en place de son nouveau cadre juridique, Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, a donné mercredi dernier dans la province de Tiznit le coup d’envoi du projet de mise en place d’un espace pastoral dans la région. Implanté dans la commune rurale El Maader, l’espace pastoral en question a nécessité une enveloppe de 10 millions de DH (MDH) pour son aménagement, précise une source proche du dossier. Etendu sur 2.000 hectares d’arbres fourragers, l’espace est également  équipé d’un point d’eau pour les troupeaux en transhumance. En outre, l’espace pastoral abrite un espace aménagé doté d’installations sanitaires et électriques grâce à l’énergie solaire pour accueillir les pasteurs et leurs familles. Pour cette partie du projet, l’investissement est de 7 MDH.
Premier du genre dans le Royaume, l’espace offrira des conditions d’accueil appropriées aux pasteurs nomades. Pour l’encadrement des activités de cette catégorie d’éleveurs, le ministre a de même lancé la construction du centre de production de semences pastorales. Une démarche importante pour la lutte contre la désertification et les changements climatiques. La structure devrait permettre le développement de certaines espèces naturelles et assurer la modernisation des activités de transhumance.
Rappelons que le lancement de ces nouvelles structures, intervient juste après une réunion présidée par le ministre Aziz Akhannouch, mardi dernier à Agadir. Il s’agit de la première réunion de la commission nationale des parcours pastoraux, consacrée à la discussion de la matérialisation de la loi 13-113 et ses textes d’application ainsi que les mécanismes et les moyens de son application effective. Et ce, avec la contribution de tous les partenaires et intervenants concernés par l’activité pastorale.
Soulignons aussi, que le développement et la modernisation des activités de transhumance liées à l’élevage pastoral, est une démarche initiée depuis cinq ans, suite à une journée d’étude organisée en juillet 2013 par le département de l’Agriculture à Agadir, pour organiser la transhumance des élevages, avec pour résultats aujourd’hui : une loi pastorale, des coopératives créées dans le domaine et des parcours en développement, entre autres. La marche en avant de l’activité se poursuit aujourd’hui en amont et en aval avec notamment la formation et la mise en place d’agents verbalisateurs et de structures d’accueil de pâturages.
La tenue de la 3ème édition du salon national des parcours à Tiznit sous le thème « La Transhumance pastorale : entre les défis du passé et les perspectives d’organisation » s’inscrit justement dans cette dynamique d’organisation de la transhumance des élevages. Le ministre a présidé mercredi dernier son ouverture. Il était accompagné  d’Ahmed Hajji, wali de la Région Souss Massa, Hassan Khalil, gouverneur de Tiznit, ainsi que Brahim Hafidi, président de la région Souss Massa et nombre de responsables locaux.
Ce sont aussi 112 exposants qui sont au rendez-vous de cet événement qui se poursuit jusqu’au vendredi 7 octobre. Le salon étendu sur 7.000 m², est une occasion pour valoriser des produits et des activités liées à l’espace pastoral et le savoir-faire des pasteurs. Mais aussi pour renforcer  la communication des institutionnels et les populations concernées. Il est question également d’endiguer le phénomène de rupture de la solidarité inter et intra-tribale qui marque le milieu de plus en plus.
Le tout permettra une meilleure exploitation collective des parcours pastoraux et une organisation améliorée de cette économie sociale qui enregistre d’importantes mutations ces dernières années.