Ecotourisme : Vers la création d’un réseau uroméditerranéen pour la préservation des patrimoines

• C’est ce qui a été préconisé lors de la 5e édition de l’Université DéfisMed.
• Une coopération internationale sera mise en place dès 2022, mobilisant plusieurs localités au Maroc et en France pour promouvoir l’activité comme moteur de développement durable des territoires.

L’écotourisme peut-il prendre une place majeure dans le tourisme d’après ? Quel modèle économique pérenne pour quels nouveaux usages vertueux ?, sont autant de questions qui étaient au cœur des travaux de la 5e édition de l’Université DéfisMed, la semaine dernière à Chaouen. A noter que l’ONG internationale DéfisMed s’active en faveur de l’écotourisme comme levier prioritaire à actionner pour encourager le développement durable des territoires de la région méditerranéenne..

Dans le contexte actuel de relance, ce débat intéresse professionnels et chercheurs marocains et français du domaine. Pour tous, l’émergence d’un tourisme respectueux, valorisant les patrimoines naturels et culturels s’affirme de plus en plus.

Le moment est donc venu de faire le choix de la durabilité au sens large du terme. Les zones rurales, parce qu’elles sont à moindre concentration de la population, pourraient être de plus en plus les destinations les plus plébiscitées. Dans une recherche de confort émotionnel plutôt que purement matériel, ces lieux offrent la pratique d’activités récréatives et la rencontre avec des locaux à une distance sociale confortable.

Le Maroc dispose d’une variété exceptionnelle de ces ressources et peut par conséquent se positionner sur de nombreux segments de marché du tourisme rural. Il reste cependant à voir comment protéger ces sites naturels et favoriser leur développement durable tout en les ouvrant à l’activité touristique. En d’autres termes, comment dans cette ère post-Covid bâtir la transition vers un tourisme écologique. A cet effet, il a été proposé lors de la 5e édition de l’Université DéfisMed de soutenir la création d’un réseau euroméditerranéen autour d’un tourisme écologique et culturel sous l’impulsion de l’ONG éponyme. Dans ce cadre, le Maroc peut jouer un rôle pivot avec des territoires comme Chaouen, mais aussi ceux de la région Marrakech-Safi et du Souss Massa, souligne Hassan Aboutayeb, consultant en tourisme et développement durable.

Suite à cette rencontre se profile donc une coopération entre territoires marocains et français, impulsant un écotourisme participatif. DéfisMed souhaitant mettre en place une coopération internationale en 2022 qui mobilisera plusieurs localités au Maroc et en France pour promouvoir l’écotourisme comme un moteur de développement durable et d’attractivité des territoires.

Dans cette démarche, la société civile, les entrepreneurs, les visiteurs et les jeunes devraient jouer un rôle majeur en utilisant notamment le digital.

Reste aujourd’hui au niveau institutionnel, à l’échelle nationale, à agir en amont pour l’ouverture du ciel sans restriction pour permettre la mobilité de tous les marchés émetteurs vers la destination Maroc.