Economie verte : Le Maroc met le turbo

• Les objectifs de 2030 en matière d’énergies renouvelables seront atteints cinq ans plus tôt.
• En 2030, les énergies renouvelables devraient représenter 64,3% du mix énergétique.

C’est sans doute l’une des plus importantes, voire-contexte actuel oblige- la plus importante annonce du nouveau gouvernement qui est pourtant passée presque inaperçue. Le Royaume vient de revoir à la hausse ses ambitions pour les énergies renouvelables. Concrètement, l’objectif de 52% des énergies renouvelables dans le mix énergétique ne devrait plus être atteint en 2030, mais bien avant, c’est-à-dire  cinq ans plus tôt. Ce n’est pas rien. En effet, en passant en revue les différents projets actuellement en cours dans le domaine, on pourrait vite s’apercevoir que l’objectif de 42% du mix électrique, fixé pour 2020, sera atteint en 2022 et celui de 52% en 2025 au lieu de 2030. Selon les projections de l’ONEE, et en fonction des projets lancés ou en cours, la part des énergies renouvelables dans le mix électrique serait de 64,3% en 2030, pour une capacité installée de 20 254 MW et une marge de réserve de 12,2%. En toute logique, les énergies renouvelables devraient devenir à partir de 2025, c’est-à-dire dans environ trois ans, la première source de production électrique au Maroc, devant les sources énergétiques fossiles.

Par ailleurs, et comme l’a souligné le Chef du gouvernement lors de son intervention au Sommet de l’Initiative verte du Moyen-Orient (MGI), tenu récemment en Arabie Saoudite, dans le cadre de sa contribution dans la réalisation des objectifs de l’Accord de Paris, le Maroc a élaboré une stratégie intégrée pour un développement à faible émission de carbone à l’horizon 2050. Cette stratégie établit les grandes orientations des secteurs économiques pouvant réduire leur empreinte carbone et ce, en développant les énergies renouvelables.

Le Maroc prévoit, par ailleurs, le recours aux solutions basées sur la nature, la production d’une énergie propre et le développement de l’industrie verte. Le Royaume a ainsi revu à la hausse son ambition de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 45,5% à l’horizon 2030, au lieu de 42%.

En somme, le Maroc a volontairement adopté une approche intégrée, participative et globale reflétant les enjeux et objectifs de la stratégie nationale de développement durable. Cette stratégie vise la transition vers une économie verte en harmonie avec les efforts internationaux en la matière et conformément aux recommandations de l’Instance internationale des experts du climat et aux objectifs du développement durable.