Economie numérique : les Etats africains décidés à renforcer leur coopération

Les participants venant de différents pays ont partagé leurs expériences et présenté leurs dernières solutions dans les domaines du paiement en ligne, du e-gov et de la monétique. Au Maroc, la gestion des questions parlementaires sera totalement dématérialisée.

Depuis sa première édition, en 2006, le Forum Cartes Afrique a fait du chemin. Si cet événement B to B était à l’origine consacré aux problématiques purement bancaires, les nouvelles technologies l’ont naturellement conduit à s’ouvrir à un plus large spectre de thématiques. Cette année, la 11e édition, qui s’est tenue les 24 et 25 mars à Marrakech, était donc un concentré de conférences plénières et keynotes, agrémentées de témoignages de représentants venus d’Afrique francophone, sur les thèmes «Paiement, identification, mobile». Pendant deux jours, les intervenants ont donc partagé leurs expériences et présenté leurs dernières solutions dans les domaines du paiement en ligne, du e-gov et de la monétique. D’après i-conférences, l’organisateur de la rencontre, près de 600 personnes, dont une quarantaine d’exposants, ont participé à cette édition. «Nous sommes très optimistes quant à l’avenir», a déclaré Hassan Alaoui, président d’i-conférences, signalant au passage que l’événement accueillait pour la première fois des participants venus de Russie et de Chine.

«Il n’y a plus de frontière entre physique et virtuel, puisque Paypal s’est mis au physique et que des acteurs du physique se mettent au virtuel (…). Aujourd’hui, même la voiture est un mode de paiement», résume Jean-Noël Georges, directeur de recherches chez Frost & Sullivan. Pour ce dernier, «la vraie menace vient d’Amazon, de Paypal ou encore de Google Pay» qui sont en train de révolutionner les systèmes de paiement au nez et à la barbe des acteurs traditionnels. Exemple: Mastercard n’est pas le seul à plancher sur un système de paiement par reconnaissance faciale. C’était sans compter sur Amazon et Google qui y travaillent également –et séparément bien sûr. 

Amazon, Paypal et Google Pay devancent les acteurs traditionnels

Pour le Maroc, on apprend qu’à compter de la session parlementaire du printemps, la gestion des questions parlementaires sera totalement dématérialisée grâce à la mise en place d’un système développé localement.

«Une délégation d’un pays africain est venue voir comment fonctionne notre système et, intéressée pour son propre pays, nous a demandé de l’accompagner. La coopération Sud-Sud est très importante dans ces domaines car les systèmes mis en place dans les pays développés ne sont pas forcément adaptés à nos contextes», a expliqué Badr Boubker, directeur de l’économie numérique au ministère de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique. Ce dernier est cependant discret sur toute question portant sur l’avancement de la rédaction de la stratégie censée remplacer Maroc Numeric 2013. Il faut dire que celle-ci est très attendue depuis la publication d’un rapport d’évaluation de la Cour des comptes qui n’a pas été tendre avec la stratégie Maroc Numeric 2013.