E-commerce : La dématérialisation de l’administration publique en marche

Un grand pas a été réalisé dans la modernisation des démarches administratives mais beaucoup reste à faire. Des mesures et des centaines de téléservices diversifiés sont déjà disponibles pour faciliter les process.

Le Maroc a connu ces dernières années une grande avancée technologique dans la dématérialisation des flux financiers et des services gouvernementaux. Pour ce chantier de grande importance qu’est la stratégie structurelle nationale, notre pays a fait le pari de réussir la modernisation de son administration publique. 

On peut citer la dernière grande opération de la Direction générale des impôts (DGI) en partenariat avec Maroc Télécommerce. Cette opération rendue possible, grâce à la plate-forme Fatourati de l’opérateur de paiement en ligne Maroc Télécommerce, permet de faciliter les paiements et les recouvrements en multipliant les canaux d’encaissement pour les entreprises publiques et privées.  Ce choix de digitalisation a pu aboutir à travers l’interface interconnectée de Maroc Télécommerce mise à la disposition de plusieurs banques partenaires. Cette opération a permis,  pour la première fois, la collecte du paiement d’environ trois millions de vignettes  entre mi-décembre et mi-février. Une solution multi-canal a été déployée pour offrir un service de proximité et faciliter le paiement aux contribuables : paiement sur internet, un large réseau d’encaissement par des agences bancaires, des réseaux de proximité, de nombreux guichets bancaires et des applications mobile banking et e-banking.

Cette dématérialisation représente plusieurs avantages pour l’administration publique : réduire les charges de fonctionnement, renforcer la transparence, améliorer le recouvrement, maîtriser les dépenses publiques, moderniser le corps de l’Etat, mieux servir le citoyen et les entreprises… Notons que la stratégie Maroc Numeric 2013 a érigé le programme «e-gouvernement» en tant qu’axe prioritaire. Les objectifs de cette stratégie est de rapprocher l’administration des citoyens et entreprises et d’améliorer l’environnement des affaires, en termes d’efficacité, de qualité et de transparence à travers la mise en place de plusieurs centaines de services et projets «e-Gouvernement».

Des infrastructures à la hauteur de la tâche

Internet constitue d’ailleurs un moteur de la croissance économique et un outil indissociable pour la compétitivité des secteurs public et privé. C’est dans ce cadre que le pays s’est lancé dans un programme de modernisation de ses infrastructures de communications électroniques intitulé «Plan national haut et très haut débit». Les objectifs à court terme du programme, 65% de la population et 10% des établissements publics connectés à internet haut débit et, à moyen terme, assurer l’accès pour le reste de la population à internet haut débit. C’est dans cette même veine qu’a été lancée une nouvelle plate-forme géolocalisée, web et mobile. De même le dernier téléservice en date, permettant aux Marocains d’accéder à l’ensemble des informations administratives nécessaires et à la localisation exacte des 14 000 services publics du Royaume. Une série de mesures et des centaines de téléservices diversifiés sont déjà disponibles actuellement. A titre d’exemple, la centralisation de toutes les procédures administratives et de l’ensemble des services de l’administration marocaine sur le portail www.service-public.ma. Plusieurs services sont apparus dans ce sens, à titre d’exemple : le système de gestion du passeport biométrique marocain, le système BADR (Base automatisée des douanes en réseau) qui permet aux opérateurs économiques d’enregistrer leurs déclarations en douane de n’importe quel lieu. Ou encore le panel des e-services fiscaux, le portail des marchés publics… Le but ultime étant de faire émerger une administration électronique pour s’adapter à un environnement en perpétuel changement  et simplifier ses processus aux citoyens et entreprises. Un service d’orientation et d’information administrative (08200 37 37 ou la rubrique «Posez une question» du portail service-public) est également mis à la disposition des citoyens pour les accompagner dans leurs démarches ainsi qu’un numéro vert, mis en place par le ministère de la justice, pour dénoncer la corruption. Les avancées administratives du Maroc ont d’ailleurs été doublement récompensées lors de la quatrième édition du World Government Summit. L’évènement qui a eu lieu du 8 au 10 février à Dubaï aux Emirats arabes unis est principalement dédié à «l’évolution de l’administration publique à l’ère du numérique». Le premier prix a été obtenu pour la meilleure application dédiée à la santé dans le monde arabe via l’application Mawiidi de prise de rendez-vous dans tous les centres hospitaliers du Maroc. L’application Autoroutes du Maroc a remporté, quant à elle, le 2e prix consacré aux infrastructures dans le monde arabe. Elle consiste en l’organisation d’un voyage au Maroc avec une carte interactive, des alertes en cas de dysfonctionnements routiers ou de renfort en cas de panne ou d’urgence. Ces prix viennent confirmer le tournant décisif qu’a pris le Maroc dans le développement de l’administration électronique.

A travers la modernisation de ses services, l’administration publique cherche à répondre aux critiques récurrentes sur les lenteurs et coûts des rouages administratifs et permettre une meilleure organisation de l’action administrative et la qualité de la gestion publique. De grands pas ont été réalisés, même s’il reste beaucoup à faire.