e-commerce : le chiffre d’affaires du premier semestre dépasse celui de toute l’année dernière

116 000 transactions d’un montant global de 121 MDH enregistrées au 1er semestre 2010.
Une centaine de sites sont maintenant affiliés à  la plateforme gérée par les banques, le CMI et Maroc télécommerce.
Le panier moyen est tombé de 1 500 à  1 100 DH.

Après un premier trimestre déjà extrêmement positif, le commerce en ligne a achevé le premier semestre sur d’excellents indicateurs. Tout indique que ce secteur est promis à une croissance exponentielle. Ainsi, 116 000 achats et paiements électroniques par carte bancaire ont été enregistrés durant ce premier semestre au lieu de 17 000 au premier semestre 2009, soit une progression de 582%. De même, le montant global des transactions s’est apprécié de 332%, à 121 MDH. Ces deux chiffres dépassent de loin ceux de toute l’année 2009. En effet, 78 000 transactions portant sur 107 MDH avaient été enregistrées en 2009. D’ici à la fin de l’année, Maroc Télécommerce table sur un chiffre d’affaires estimé à 280 MDH, en hausse de 160% par rapport à l’année précédente.

Le paiement en ligne de factures arrive en tête des opérations effectuées

Cette croissance à trois chiffres s’explique par différentes raisons. D’abord, «l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce marché et le développement des volumes des marchands existants a permis de doper les chiffres», souligne Samira Gourroum, directrice des technologies et du business développement à Maroc Télécommerce. Ainsi, les banques marocaines ont-elles élargi l’accès au paiement en ligne en autorisant la presque totalité des cartes bancaires nationales.
De plus, le consommateur semble porter un vif intérêt à cette nouvelle forme d’achat, «grâce à l’enrichissement de l’offre et aux actions de promotion menées par les sites marchands ainsi que par les autres entités telles que les banques, le Centre monétaire interbancaire et Maroc Télécommerce»,  poursuit Mme Gourroum. Une centaine de sites sont aujourd’hui affiliés à la plateforme de e-commerce.
Aujourd’hui, l’internaute marocain peut acheter en ligne tout une gamme de produits et services, notamment des vêtements, des fleurs, de l’électroménager, des voyages, des livres, des produits informatiques ou une recharge téléphonique.
Enfin, «l’instauration, la reconnaissance par le marché d’un cadre de confiance et l’instauration prochainement du label e-commerce», précise Mme Gourroum, poussent le consommateur à choisir l’option e-commerce, lorsque cela est possible. Le paiement en ligne de factures arrive en tête. Suit la catégorie «voyages et événementiel», puis les e-services et enfin le shopping proprement dit.
Reste que le panier moyen a connu, quant à lui, une baisse de 11%, en passant de 1500 DH pour le dernier trimestre 2009 à 1 000 DH au premier trimestre 2010. D’après Mme Gourroum, cette légère baisse serait liée au «développement des transactions dans les secteurs d’activité autres que le voyage».